RPG Post-Apocalyptique / City. Venez percer les secrets d'Eternalis...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1.05 [25/06] Dernier soupir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Dim 28 Aoû - 19:54

    ==> Le bal

    Les portes de l’ascenseur s’étaient refermées. Etais-je sauvée pour autant ? Oh non… Loin de là. J’ignorais ce que j’avais derrière moi, ou à combien de temps était mes éventuels poursuivants. Pourvu que tout ça n’ait pas créé la panique. Assise dans l’ascenseur, je devrais réussir à me lever. La Régie avait surement déjà du constater le problème. Je devais pouvoir gagner du temps. Ca ne servirait à rien au final, je ne me faisais pas d’illusions, mais si je devais mourir, j’avais le droit de choisir comment. J’avais toujours voulu choisir comment. C’était comme ça que tout avait commencé.

    Je m’appuyais sur la paroi pour me redresser. Le temps de trajet était court d’un étage à un autre. Je commençais à avoir mal un peu partout sur le haut du corps. Je crachais toujours du sang à chaque fois que je toussais. Les portes s’ouvraient sur le niveau 3. Je pouvais les voir d’ici déjà… C’était Higgins, elle était sur le palier d’un autre garde. J’essuyais mon nez, ouvrais grand les yeux, J’avais envie de tousser encore, je sentais que le sang m’encombrais. Je sortais de l’ascenseur et m’arrêtais. Je devais penser « bourrée ». J’avais en restant le plus droite possible, regardant droit devant moi. Je longeais le mur pour avoir un point d’équilibre. Les deux semblaient bien occuper dans leur discussion, tant mieux. Je passais à proximité d’eux sans les regarder. Si je m’arrêtais, je ne pourrais pas retenir cette toux, et les conséquences pourraient être graves pour ceux à coté de moi. J’arrêtais presque de respirer le temps d’arriver au croisement, quelques mètres plus loin. Je tournais à droite… Et m’écroulais à nouveau. Je toussais, des traces rouges apparaissaient sur le sol à chaque quinte. Il ne fallut que quelques secondes pour que deux types en combinaison de protection arrivent. Les hommes de Keller…

    - On vient de la Régie. Vous ne devriez pas être là, Capitaine. Il y a des médecins de garde au niveau 4.
    - Non. Emmenez-moi à mon appartement. Et dites à Harper de garder une caméra sur moi en permanence.
    - Appuyez-vous sur moi, on va prévenir le docteur Keller et le docteur Hamilton.
    - Surtout pas. Laissez-les là où ils sont. Ne leur dites pas où je suis.

    Un des gardes transmettait mes ordres à son supérieur, l’autre m’aidait à aller à mon appartement. Une fois arrivée, je me laissais tomber sur le sol du salon.

    - Sortez d’ici. Je garde ma radio allumée, je veux que vous me disiez en temps réel ce que fait Keller.

    Le garde qui m’avait aidé prit sa radio pour parler à Harper. Il revint vers moi quelques secondes plus tard.

    - Le Docteur Keller est toujours au niveau 2. On vous laisse, mais toutes les caméras de votre appartement sont braquées sur vous.

    Je me retrouvais seule dans la pièce, sans savoir ce qui allait m’arriver ni pourquoi… J’avais peur. Je n’avais pas eu peur depuis très longtemps.

_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Cole Aterman

Agent de sécurité - Resp. niv 4 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 56
. Doublons : Raph, Kyle, Novak
. Type de rp : Scénar uniquement

Carte d'Identité
Age: 39 ans
Localisation : Chez Kramer.
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Dim 28 Aoû - 21:23

Soirée étrange. Tout avait bien commencé, pourtant. Enfin ce qui commence bien ici peut très mal se terminer. Et ce qui ressemble de loin à une fille bourrée qui fait du grabuge peut très bien être autre chose en réalité. J'avais été trop loin pour voir la scène correctement, et la Grand-Place contient son lot de gardes. Je n'avais pas besoin d'intervenir.
Puis j'ai vu Ty manquer de sang froid. Et... ha oui.. même moi j'en rêve, mais ce rêve là sera pour plus tard. Tout ça pour dire qu'entre Keller, Emily, Feilster, Ty est bien entouré. Je me suis rapproché, bien entendu. Déjà, deux choses me troublent

1) Kramer assez soule pour faire quelques éclats.
2) Ty qui s'en prend à Keller.

Il y a mille raisons de s'en prendre à Keller, d'autant plus que Ty est l'ex de Kramer. Mais quand on a vu ce que j'ai vu, on y réfléchit à deux fois. Le monde au bal ne semble pas s'en préoccuper plus que ça. Les apparences. La loi et l'ordre. Ironique.

J'ai vu Emily prendre Ty à part. Inutile pour moi de m'incruster. J'ai autre chose à faire. Une curiosité. Une inquitétude. Certes, Kramer a un caractère... disons bien trempé. Mais ces derniers jours ont été bizarres. Elle m'en a fait voir des vertes et des pas mûres, surtout lors de la réunion, où elle est allée jusqu'à pointer son flingue sur moi.
Elle avait monté le chauffage à fond. On avait tous pensé que c'était un problème de clim, un problème technique. Cela arrive. mais j'avais demandé à la régie d'où ça venait. Ordre de Kramer. Elle avait donc tellement froid qu'elle nous avait foutus dans un sauna.
Et elle avait multiplié les tasses de café.

J'ai donc décidé de la suivre et de m'assurer que tout est OK. Puis je pourrais ensuite dire à Ty que ça va. Ou pas. A vrai dire je sais pas. Mais Kramer bourrée à cette heure, c'est pas crédible. Je la connais assez bien pour que mon cerveau s'allume, en clignotant. Il y a quelque chose. Mais quoi.

J'arrive trop tard à l'ascenseur. Tant pis, je prends les escaliers. je les descends trois marches par trois. J'arrive au niveau trois assez rapidement. Il ne fait pas trente ans pour dévaler ça...
Mais déjà arrivé au niveau de l'ascenseur, je suis encore un poil en retard. Les portes sont déjà refermées. Je me dis qu'elle va probablement chez elle de toute manière.

Il n'y a pas grand-monde ici. Le gros de la population se trouve au bal. Mais j'entends quelques sons. C'est Dakota et Tony, deux gardes. Plutôt sympathiques ces deux là, et apparemment ils ne parviennent pas à se décider, mais ça, c'est le cadet de mes soucis... Je passe devant eux, un signe de tête, et hop.
Je tourne au croisement, je sais où loge Kramer - en même temps, qui ne le sait pas? Haha.

Et là... je vois du sang. Quelques taches à intervalles réguliers. Je sers les poings inconsciemment. Il y a véritablement quelque chose qui ne va pas, et j'ai la certitude que ce 'est pas l'alcool. A-t-elle laissé du sang ailleurs? Dans l'ascenseur? Dans la salle de bal? Je l'ignore, mais si quelqu'un le voit, ça risque de tourner à la panique. On a bien besoin de ça, tiens.

Je suis les traces de sang. Puis plus rien sur de longs mètres... Et ça recommence. Puis plus rien encore. Probablement...

- Harper, j'entre chez Kramer.

On me dit que c'est une mauvaise idée. Mais je veux savoir ce qu'il se passe. Je ne veux pas être informé dans trois jours que notre Capitaine a passé l'arme à gauche pour quelque raison.
Je mets ma carte magnétique dans la serrure et la porte s'ouvre. J'entre rapidement et ferme derrière moi. Harper me dit que les caméras sont braquées sur Kramer, au cas où. Cela tombe bien, j'avais pas envie qu'ils me regardent...

Mais là, le spectacle, n'est pas rassurant. Pas rassurant du tout. Et Ty a peut-être bien des raisons de s'en faire et une raison de plus de détester Keller.

- Putain, A... Kramer!

J'ai failli l'appeler Avery ce qui n'était arrivé qu'une seule fois dans ma vie, lors de notre première rencontre et j'avais vite compris qu'il fallait éviter d'user de son prénom.
Elle est au sol. Ecroulée. Jamais je n'avais vu Kramer ainsi. Du sang s'échappe de sa bouche. Putain, c'est vraiment pas bon signe ça!

Je me baisse, et la soulève pour la porter sur le canapé. Je ne devrais sans doute pas. Je vois dans son regard, son expression, qu'elle a peur. Et comme je la comprends. Cela me ramène des années en arrière, quand j'ai vu ma femme et ma fille mourir dans un bain de sang, leur sang.
Déjà, bon signe, ça se semble pas être une fièvre hémorragique du genre Ebola. Ce n'est peut-être pas l'Enavir. Quand bien même...

1) Où est-elle allée choper une maladie pareille?
2) Comment ça se fait qu'elle soit passée entre les mailles si elle a été victime d'une "fuite."
3) Je côtoie trop les Paranos, là, mais ça trotte dans ma tête.

En tout cas, si son cas s'aggrave, elle finira dans la zone 41. Et là bas... ceux qui connaissent la zone savent très bien qu'on n'en sort pas.
Mais le pire, là, est que je ne sais pas quoi faire. Nous sommes surveillés en permanence, et c'est impossible de planquer ça, la Régie le sait, Keller le sait probablement. Si c'est contagieux, la population est concernée. On ne peut pas rester sans rien faire.
Si c'est contagieux, je cours probablement un risque à l'heure actuelle.

Je m'assieds à côté d'elle. Toutes les cameras sont sur moi, maintenant. J'aurais dû réfléchir avant. On ne va certainement plus me lâcher. Mais je ne peux pas laisser faire les autres avant qu'il ne soit trop tard. Je ne peux pas laisser Keller tout effacer et faire comme si de rien n'était.

- Tu aurais vu Beckerson. Je crois que t'as une touche, là.

Pas question d'appeler Ty devant Kramer. Ni de dire quelque chose qui pourrait compromettre notre amitié. Je me demande ce qu'il va se passer là.

- Harper, préviens moi si quelqu'un arrive.

_________________

[kit by MOUAH]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Debos.Stuff
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Sam 3 Sep - 3:18


    Je me sentais complètement amorphe. J’avais mis mes mains sur mes épaules pour me réchauffer et empêcher ses démangeaisons constantes. Je sentais les plaies ouvertes sous mes doigts sans pouvoir distinguer si ça saignait ou non. Mais vu ce qui sortais toujours de ma bouche et de mon nez, je pouvais imaginer que mes épaules devaient avoir pris la couleur de ma robe. J’étais là, roulée en boule sur le sol, crachant mes poumons, dans une agonie que j’aurais du voir venir. Je m’en voulais plus qu’à lui au final. Moi la grande professionnelle, je m’étais faite bernée du début à la fin.

    J’avais bien entendu quelqu’un commencer un nom malheureux avant de se reprendre. Je me sentais moins pitoyable d’un coup. Ca me faisait du bien. J’ouvrais les yeux, Cole avançait vers moi pour me soulever et m’allonger sur le canapé. Encore une ruse ? Non… Cole et Anton se détestaient, il ne pouvait pas être dans le coup. Ou alors était-ce une des nombreuses illusions de ce complexe ? Peut être. Mais que pouvais-je y faire ? Je n’avais plus confiance en David, je n’avais plus confiance en Anton. Je n’avais pas le droit d’entrainer dans ma chute les personnes qui m’étaient proches. Je pensais à Léonova. Je pensais à Emily aussi, même si son sort m’intéressait beaucoup moins.

    Cole me dit quelque chose à propos de Ty que je ne comprenais pas vraiment. Il ne l’avait pas dit d’un ton important, ca ne devait pas l’être. Mais j’essayais d’être polie en écoutant la conversation. Tout ce que je pouvais dire était le prénom de mon ex, prononcé dans la vague comme dans un délire. Mais je n’avais pas la tête à parler de lui. Cole était là, à coté de moi et… et… et c’était une erreur… Ca remontait d’un coup. Toute la colère envers moi, envers les autres, envers le monde entier. Elle s’exprima en un coup violent qui éjecta mon collègue un mètre plus loin sur le sol.

    - Qu’est ce que tu fous là, bordel ? Tu ne vois pas que c’est dangereux ? Dégage !!

    Je ne parlais pas du virus. Je parlais de mon statut à Eternalis. On commence par l’indésirable, et on se débarrasse de tous ceux autour d’elle. Si Cole voulait sauver sa vie, il devait mieux choisir son camp. Pour le virer, je m’étais redressée puis levée. Mais une nouvelle quinte de toux me ramena au sol. Me battre ne servait à rien, je le savais… Mais je ne pouvais pas m’en empêcher.

    - Cole, ne reste pas là.


_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Cole Aterman

Agent de sécurité - Resp. niv 4 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 56
. Doublons : Raph, Kyle, Novak
. Type de rp : Scénar uniquement

Carte d'Identité
Age: 39 ans
Localisation : Chez Kramer.
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Ven 16 Sep - 6:17

Je ne m'attends pas du tout à ce que Kramer me colle un pain aussi puissant. Ce bout de femme moribonde a encore de l'énergie à revendre, faut croire. Enfin... énergie. Disons que j'ai été surpris. je ne pouvais pas non plus penser qu'elle m'enverrait sur le tapis, dans son état...

Quand bien même.. Elle a certainement raison.

Dangereux. je me demande ironiquement s'il existe un lieu sans danger sur terre, si même telle idée n'est jamais restée qu'à l'état de concept purement intellectuel. Bien entendu que c'est dangereux. J'allais répondre mais...

Certes, elle est malade, et très mal en point... mais débiter des évidences, enfoncer les portes ouvertes... Je réfléchis... Elle est de nouveau au sol, elle me dit de pas rester là. Pour quelle raison? Parce qu'elle risque de me contaminer, ou bien est-ce quelque chose d'autre?

- T'as vraiment pas besoin d'être seule.

Je peux sortir de ses âneries, parfois... Je me passe la main sur le visage, je suis inquiet, et la vérité est que je ne sais pas quoi dire ni quoi faire. Je suis à court d'arguments, et je n'ai aucun motif valable pour être ici. Quand les autres arriveront avec leurs combinaisons, il me foutront en décontamination... en observation. Et j'ai moyennement envie de servir de rat de labo au cas où ça les arrange d'en avoir un sous la main! Plutôt décapiter Hamilton avec les dents, tiens!

Mais je me suis piégé tout seul, comme un con, parce que je suis inquiet. Et que j'ai laissé mes émotions prendre le dessus. Je suis, en cet instant, ni courageux, ni altruiste. Je suis seulement un imbécile.

Et je devrais m'en aller, écouter Kramer, mais c'est trop tard. Harper sait que je suis là, ainsi que tous ses potes de la régie et peut-être même Keller et toute la compagnie.

Je m'absente quelques instants pour aller dans la chambre de Kramer. besoin de respirer trente secondes, et chercher une couverture m'en donne l'occasion.
Je devrais partir, oui, mais si je suis contaminé? Si c'est contagieux et que je suis contaminé, si je m'en vais, et contaminerai peut-être tout le monde sur mon passage...? Je ne sais pas tellement comment ça fonctionne, tous ces microbes, si y'a une période d'incubation durant laquelle on n'est pas encore contagieux...
D'ailleurs, est-ce que c'est contagieux? Jusqu'ici, il n'y a qu' Kramer, qui crache ses poumons. Elle a bien caché son jeu, mais...

Et si elle est contagieuse? L'intégralité de son appartement est peut-être un nid de microbes.
de toute manière, on m'a entendu et vu entrer, donc je suis bon pour un aller vers la décontamination...

Je me saisis de la couverture et revient vers Kramer. Je reste assez à l'écart, tout en m'approchant assez pour déposer la couverture autour de ses épaules. Vous imaginez le numéro d'équilibriste? J'ai l'air ridicule.
Et je repense à ma femme, à ma fille, et au fait que j'ai jamais contracté ce virus, malgré la promiscuité.
Il y a des choses incompréhensibles...

- Bon, alors... La Régie sait que je suis là, alors que je parte maintenant ou dans cinq minutes, ça ne changera rien à l'affaire. A l'heure qu'il est, Keller est certainement au courant...

Et justement, Harper me le confirme. Une phrase courte. Ty, Finley, Keller, Vaneloni. Dans un ascenseur. je soupire.

- Bon, on va avoir de la visite bientôt.

J'aurais aimé que Ty puisse venir... et en même temps, c'est aussi bien qu'il ne la voie pas ainsi. Je sais ce que c'est de perdre un être cher dans des circonstances similaires, et nous autres, survivants, l'avons tous plus ou moins vécu... et trop c'est trop.

Putain... Il y a un truc bizarre dans toute cette histoire... Comment se fait-ce qu'on ait un cas isolé? Je sais que les fuites sont bidons, mais là c'est autre chose... ça ressemble pas l'Enavir, mais quand même... j'espère qu'on ne va pas voir ce genre de cas se multiplier... et que c'est plus impressionnant que dangereux...

_________________

[kit by MOUAH]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Debos.Stuff
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Lun 10 Oct - 23:51


    - Je n’ai plus besoin de rien.

    Non, c’était fini pour moi. Si Keller avait pris la peine de m’attaquer, c’était qu’il savait ce qu’il faisait. Il n’aurait pas pris le risque sinon. Il était trop intelligent pour ça. Bien trop intelligent pour moi. Je n’avais rien vu venir avant le dernier acte. A aucun moment l’idée de son innocence ne m’avait traversé l’esprit. J’étais tellement sure de moi, qu’il n’y avait que lui qui pouvait me faire cela. Après tout, c’était notre destin à tous de mourir ici, mais je ne pensais pas que ca serait dans ces conditions pour moi. J’aurais préféré… Je ne savais pas trop… Peut-être un peu plus de franchise. Enfin, voilà… C’était trop tard maintenant. Il allait arriver bientôt, j’en étais certaine. Anton et lui devaient déjà être sur la route. Et moi, j’étais roulée en boule sur le sol. J’avais intérêt à réussir à me lever, je ne voulais pas lui laisser l’occasion d’admirer le carnage.

    J’entendais les pas de Cole qui s’éloignait. Il avait enfin écouté mes conseils. C’était une bonne chose. C’était un type bien, je ne voulais pas caser sa perte. Je le laissais s’en aller sans rien dire. Je me grattais à nouveau les bras, mes ongles prenaient la couleur du sang qui perlait à nouveau sur les plaies. Ca me faisait mal à en hurler. Je relevais la tête vers la caméra. Pourvu qu’elle soit toujours allumée et braquée sur moi. C’était la seule chose qui pouvait empêcher Keller de me faire plus de mal. Il ne savait pas aussi bien se cacher que moi. Faire disparaitre quelqu’un n’était pas aussi facile que ca semblait. Hélas pour lui, Cole revenait. Je n’avais même pas fait attention qu’il n’était pas parti de l’appartement. Il déposa une couverture sur moi. Ca faisait du bien. Ca me calmait un peu.

    Mais le calme ne dura qu’un temps. Quand Cole m’annonça que Keller était en route, je m’agitais à nouveau. Je devais absolument me lever.

    - C’est fini… Il va me tuer.

    Emmitouflée dans la couverture j’essayais de me redresser en m’appuyant sur le canapé. J’avais encore le choix du comment j’allais mourir. Keller avait créé toute cette mise en scène. La robe, la rose… Il avait tout planifié. Mais il était hors de question que je meure comme il l’avait décidé. En m’appuyant sur tout ce sur quoi je pouvais m’appuyer, j’accédais à la chambre tant bien que mal. Les plaies sur mes bras me faisaient terriblement mal à chaque geste, et je n’arrivais plus à le cacher. A chaque pas j’en pleurais presque. Une fois dans ma chambre, j’approchais de la commode pour en sortir des vêtements. Non, je ne voulais pas mourir dans cette robe, pas dans sa robe.

    Je l’ouvrais avec difficultés, et la laissais tomber sur le sol, laissant la Régie mater à loisir mes dessous noirs. Je remontais sur mes épaules les brettelles de mon soutien-gorge. Ca allait pour la première, mais pas pour la deuxième. Je l’avais lâché trop vite, elle vint se claquer sur les plaies ouvertes. Je ne pus retenir un hurlement de douleur et retombais directement au sol. Les larmes coulaient sur mes joues. Tout Eternalis tournait autour de moi. Je voulais remettre la couverture sur mes épaules, mais rien que l’idée d’avoir à nouveau quelque chose frottant mes épaules me tétanisait. J’avais souffert mille morts, j’avais été torturée pendant des mois, mais rien n’était comparable à cela… Rien n’était comparable à l’idée que l’homme que j’aimais voulait me tuer.


_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Cole Aterman

Agent de sécurité - Resp. niv 4 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 56
. Doublons : Raph, Kyle, Novak
. Type de rp : Scénar uniquement

Carte d'Identité
Age: 39 ans
Localisation : Chez Kramer.
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Dim 16 Oct - 22:01

Quelque chose de plus ne va pas... qui veut tuer qui? Avery? Je me demande bien ce qui se passe... Je remets la conversation en place dans ma tête. Je viens de lui dire que Keller était en chemin. Un froncement de sourcil. Je sais que Keller est un homme exécrable, mais tuer Avery? Cela ne fait aucun sens pour moi, pourtant j'en ai vu des choses.

- Kramer, qu'est-ce que...

Ouais bon, elle n'a pas l'air de m'écouter, elle se relève et va dans sa chambre. Misère, mais qu'est-ce que je fous ici? Bien entendu, une femme perd son sang et va crever et ça tombe sur moi... je l'ai bien cherché, mais j'ai pas tellement envie de vivre ça deux fois.
Puis, là, si ça se trouve, je suis moi aussi contaminé et dans une semaine je serai peut-être dans le même état. Cela ne fait aucun sens. Vraiment aucun sens. Je n'ai pas le cerveau des Kellers ou de Hamilton ou McGregor, mais quand même, je suis pas aussi idiot...

On a un cas isolé pour le moment. D'une maladie grave. Que je n'ai jamais vue. Cela sort probablement des labos. Il y a quelque chose qui cloche, mais je ne vois toujours pas quoi. Je ne parviens pas à rejoindre les pièces du puzzle. Il m'en manque trop, là. Je sais qu'il y a un truc énorme... mais ça reste flou.
Puis je suis pas en état de penser. Une amie est en train de calancher, là, en souffrant le martyr.

Je la suis dans sa chambre. Elle pousse un cri et tombe au sol. Elle est en sous-vêtements, et c'est le cadet de mes soucis. Sa peau ressemble à une terre volcanique. C'est à cet instant que la radio de Kramer grésille et que Harper nous lance la bonne nouvelle:

"Le docteur Keller et Vaneloni sont bientôt chez vous, ils ont quitté l'ascenseur."

Je repose la couverture autour de Kramer, en évitant les plaies sur ses épaules. Je m'accroupis. Je veux comprendre.

- Mais que se passe-t-il enfin? C'est quoi ces histoires de qui veut te tuer?

Mais je sens que pour avoir une réponse, je devrais me brosser, parce que nous aurons bientôt de la compagnie...

_________________

[kit by MOUAH]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Debos.Stuff
avatar
David VIP

VIP


. Nombre de messages : 247
. Doublons : none
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 40 ans
Localisation : niveau 3 à la recherche d
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Sam 29 Oct - 23:08

A peine la porte de l'ascenseur fut elle fermée derrière eux, qu'un homme de la sécurité apparut lui tendant une combinaison et lui indiquant l'emplacement de Kramer. Sa mâchoire se crispa, la situation semblait bien plus grave qu'il ne l’avait pensé. Il enfilait la tenu son costume pendant qu'Emily prenait des nouvelles. Il soupira discrètement avant de se reprendre.

Il connaissait le dossier de Kramer par coeur, il n'y avait pas beaucoup de virus qui pouvaient l'atteindre à ce niveau là. Il referma la tenue et jeta un rapide coup d'oeil à son accompagnatrice.

"Suivez moi, vous resterez dans le couloir. Personne ne rentre ou ne sort dans la pièce sans mon accord"
Là, il s'agissait bien d'un ordre et personne n'aurait pu le nier. Il fit un léger signe de tête au soldat pour qu'il parte et se mit à courir dans les couloirs. Il passait les virage tout en se disant que cette après midi il y était venu avec le sourire aux lèvres et que cette fois c'était le coeur anxieux...

Un cri qu'il aurait reconnu entre mille lui parvint dans les couloirs, il accéléra sa course. C'était la première fois que la notion d'apparence lui sortait de l'esprit. Jamais il n’avait couru ainsi dans le complexe, jamais il n'avait perd son calme apparent devant tant de monde.

Il arriva à la porte et poussa les gardes en faction, ordonna distinctement à Emily de ne pas entrer et de surveiller dehors, encore une fois. Sans un mot de plus il rabattit le casque sur son visage et entra dans la pièce. Un rapide balayage du regard mais personne ne semblait être dans la pièce principale. Des objets à terre, déplacés.... Un nouveau cri... Il se précipita vers la chambre et sans la protection sur son visage tous auraient pu voir son teint blanchir.

Elle était là, allongée à même le sol, une simple couverture sur elle... La robe de bal avait visiblement disparu. Il entra dans la pièce et poussa sans ménagement Aterman. Comment en était-il arrivé à cette situation? Qu’avait-il ben pu sa passer? Qui?... Les questions envahissaient son esprit.

"Je prend le relais" Le ton était tout à fait professionnel et il s'en étonna lui même.
"Si vous voulez m'aider Aterman, allez enfiler une combinaison."
Il grimace en voyant l'état de la jeune femme puis regarda le garde.
"Depuis combien de temps est-elle dans cet état là? "
Avec des gestes très doux, il retira la couverture pour l'examiner.

"Kramer? Vous m'entendez? quels sont vos symptômes?"

Il chercha enfin son regard pour s'y plonger. Sa voix avait un timbre qu'il voulait rassurant. Il n'atit pas question qu'elle se méfie de lui, il était là pour la sauver et elle devait le comprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Dim 6 Nov - 9:38


    Cole me questionnait, mais je ne savais pas quoi lui répondre. Il était un collègue, il était un ami, il faisait partie de ces personnes en qui David devait pouvoir avoir confiance un minimum. Mais ce qu’il m’arrivait devait-il rester secret ? Etait-ce seulement possible de taire cela à sa propre élite ? Comment expliquer à sa propre équipe qu’on a du se débarrasser de l’un d’entre eux ? En me faisant passer pour un traitre peut-être. C’était plutôt facile vu mes rapports avec Ty. Je me roulais en boule dans la couverture et murmurais…

    - Personne… Je divague… Tu devrais partir avant qu’il n’arrive.

    Je commençais à accepter ce qu’il m’arrivait. Après tout, c’était mon destin, alors à quoi bon vouloir le fuir ? Cette couverture était une bénédiction. Elle agissait sur moi comme une anesthésie. Moins de douleur, mais j’avais peur de relever la tête et que les nausées reviennent, et puis ca me grattait toujours. Fichue allergie à cette fichue robe. C’était vraiment pas le jour de me faire chier. Je voulais me tortiller pour me gratter, mais frotter les plaies de mes épaules contre la couverture était une torture. Résultat, un mouvement mal calculé, et je me pinçais la jambe très fortement avec mon arme toujours accrochée, ce qui me valut un mouvement de recul, la couverture qui glissa sur mes bras. Face à la douleur, je fis un mouvement brusque pour l’éloigner, ce qui fit pire que mieux, je m’étais redressée par réflexe, les nausées revinrent tout de suite, je devais m’allonger, je me penchais en arrière, et mon dos vint se claquer contre la commode. Hurlement de rage. Décidément, rien n’allait.

    Je retombais au sol. La porte d’entrée claqua. Il était là. Il ne lui fallut pas plus de 3 secondes pour pénétrer dans ma chambre, dégageant Cole de mon champ de vision à une vitesse impressionnante. Je fermais les yeux et tentais de respirer le plus profondément possible. David s’approcha de moi, je rouvrais les yeux. Il me fixait, il m’envoutait… Mais la torpeur fut de courte durée. A peine avait-il commencé à baisser la couverture que ma réaction fut de le repousser violemment. Pas ça… Pas cette douleur continuelle, pas ce froid glacial… J’acceptais de mourir, mais pas de souffrir.

    - Ne me touchez pas !!!

    La robe gisait toujours au sol à coté de moi. Je la repoussais vers David pour l’éloigner de moi. Je pourrais peut-être y voir plus clair si je n’avais pas cette allergie à la con. Allongée sur le coté gauche, la tête vers le sol, je n’osais pas faire un mouvement de plus. Je me contentais de répondre à la question du médecin. Quels étaient mes symptômes ? Comme s’il ne le savait pas…

    - J’ai envie de vomir. Je crache du sang. Je ne sais pas… C’est à vous de me le dire…


_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Cole Aterman

Agent de sécurité - Resp. niv 4 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 56
. Doublons : Raph, Kyle, Novak
. Type de rp : Scénar uniquement

Carte d'Identité
Age: 39 ans
Localisation : Chez Kramer.
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Sam 12 Nov - 0:24

L'étau se resserre, je crois. Je n'aurais pour commencer jamais du insister et venir ici... mais parfois... je n'ai pas le temps d'en savoir plus. D'abord parce que Kramer me la joue "mais non, je raconte n'importe quoi" et qu'en plus Keller arrive. Je devrais partir, il est vrai.
Mais là, je me dis qu'elle pense vraiment que David cherche à la tuer... et lui coller un virus bizarre pour ce faire... non déjà, Keller, tuer Kramer? J'en ai vu des choses immondes, mais là, j'avoue je reste un peu coi. Incompréhension. Si j'étais au courant de tout, je ne serais peut-être pas là. Ou mort.

Je me relève après avoir laissé la couverture autour d'elle. Elle fait peine à voir.
Et c'est à cet instant que Keller fait son entrée. Très professionnel, je dois le reconnaître. Il maitrise ses émotions, et c'est toujours ce qui m'a un peu fasciné... enfin je fais de même non?

Je m'écarte pour le laisser passer. Je ne suis qu'un subalterne, et je ne dois pas l'oublier. Pas que j'aime être un subalterne, mais les autres doivent penser que oui, sinon je peux numéroter mes abattis.
Keller me demande de mettre une combi, je veux bien, mais je sens que de toute façon ma présence est indésirable ici. Mais avant ça, il me pose une autre question.

- En l'état actuel, cela fait pas vingt minutes. Je l'ai suivie après le coup d'esclandre, me disant que c'était pas normal... Je pense qu'elle couve ça depuis au moins cet après-midi. La Régie m'a confirmé qu'elle avait monté le thermostat à fond en salle de réunion... et là, elle devient complètement parano.

A vrai dire, son changement de comportement est un peu indicatif, il a dû s'en rendre compte, non? j'espère que c'est plus impressionnant que dangereux...
Une combinaison...

- Je suis dehors si y'a besoin.

Je lance un dernier regard vers Kramer, puis je sors de son appartement. Je me pose toujours ces mêmes questions. Comment elle a chopé ça? Pourquoi elle seule est malade? Comment ça se transmet? Pas à dire, je suis pas médecin, pas le cerveau pour ça, mais quatre ans ici à observer donne quelques automatismes et connaissances sur certaines choses.

Si quelqu'un en veut vraiment à la vie de Kramer, ça vient des labos ou bien il/elle a un complice dans les labos. Je déteste ce genre de choses, parce que ça me rendrait encore plus parano que Ty, et que j'ai vraiment pas besoin de ça. Et ces activistes ne sont que des inconscients.
Et surtout, si on resserre encore plus la sécurité, je vais avoir du mal à me frayer un chemin.

Au dehors, dans le couloir, je tombe sur Emily. Bizarre qu'elle soit là, mais bon, c'est Emily et je ne m'étonne plus de rien. Je garde le silence et lui lance un regard qui veut dire que la situation n'est pas joyeuse...

_________________

[kit by MOUAH]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Debos.Stuff
avatar
La Régie

PNJ


. Nombre de messages : 44
. Doublons : PNJ
. Type de rp : Les deux

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Mar 15 Nov - 8:07


    ALERTE AU NIVEAU 1, ALERTE AU NIVEAU 1

    ICI LA REGIE. CECI N’EST PAS UN EXERCICE.

    TOUS LES HABITANTS DOIVENT RETOURNER IMMEDIATEMENT DANS LEURS APPARTEMENTS. NE PRENEZ PAS LES ASCENSEURS, UTILISEZ LES ESCALIERS. PAS DE BOUSCULADES. GARDEZ VOTRE CALME ET REJOIGNEZ VOS NIVEAUX RESPECTIFS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
David VIP

VIP


. Nombre de messages : 247
. Doublons : none
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 40 ans
Localisation : niveau 3 à la recherche d
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Mar 22 Nov - 10:17

L'homme resta impassible malgré le rejet violent de la jeune femme. Il écouta attentivement Cole, Avery et la régie énumérer les symptômes.
Le froid... L'agressivité... Hémorragies..Nausées...

Toutes les combinaisons des informations reçues étaient passées rapidement en revu par son cerveau; Puis d'un coup, sa réflexion se stoppa. Son teint devint livide et sa respiration se stoppa. Pendant une seconde, quelqu'un d'expérimenté dans la connaissance du Keller aurait pu deviner de la peur dans son regard.
Le directeur paniquait. LA conclusion ne pouvait être vraie...

Soudain l'alerte de la régie résonna et David sursauta presque.

*Ce n'est pas possible... Impossible.. Avec cette alerte en plus... *
L'homme ferma les yeux et tenta de calmer sa respiration. Sans tenir compte des protestations de sa patiente, il ôta la couverture et commença à l'examiner. Il remarqua de suite les traces sur son épaule. Elle s'était gratter au point de se laisser des marques. Le dernier symptôme....

David replaça la couverture en lui murmurant quelques mot à l'oreille, et se releva, retirant son casque de combinaison.

Il attrapa sa radio et contacta la régie.

//Envoyez moi immédiatement une équipe pour transférer Kramer au niveau 4 dans la zone 42. C'est urgent!! //
Son ton était sans appel.
Il régla ensuite sa radio sur la fréquence personnelle d'Anton.

// Anton, nous avons un problème. Un grave problème, il faut qu'on discute!! //

L'homme commença à faire les cents pas dans la pièce. Bon dieu... Comment ce virus, comment SON virus avait pu atteindre Kramer?? C'était impossible.. Il devait faire une erreur... Non tous les symptômes concordaient....

S'il avait raison, le temps d'incubation était de deux heures. Les premiers symptômes d'Avery avaient commencé à son arrivée dans ses quartiers en début d'après midi... Son esprit tournait à plein régime.
David re-régla sa radio pour la régie.

// La régie, ici Keller, trouvez moi toutes les images de Kramer de ce matin au discours du maire. Et j'ai bien dit toutes les images! //




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La Régie

PNJ


. Nombre de messages : 44
. Doublons : PNJ
. Type de rp : Les deux

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Mer 23 Nov - 8:02

Le ton d'Harper était clairement embarrassé

"Monsieur, l'alerte a créé un mouvement de panique dans les niveaux. Tout le complexe descend du niveau 2 en ce moment même. Il est impossible de transférer un malade en zone 42 en toute sécurité. Les couloirs sont complétemetnt bouchés. Pour les images, on vous les apporte tout de suite.

Monsieur le directeur... Je dois vous dire que le niveau 1 n'a plus de caméras fonctionnelles, on ignore ce qu'il s'y passe. C'est un des nôtres qui nous a trahit, il a tenté de se suicider dès qu'on l'a découvert. On ignore s'il vivra ou non. Tout était orchestré, Monsieur. Tout était très bien orchestré."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Dim 18 Déc - 20:40

    ==> Les couloirs

    - Keller ! On dégage !

    J’avais fait claquer la porte pour bien signifier ma présence dans ces lieux. Personne dans le salon. Je devais me changer, je ne pouvais pas rester en robe de soirée. J’allais dans la salle de bains, j’y trouvais un pull et un pantalon. C’était toujours ça de pris. Je me dirigeais dans la chambre, la manche contre mon nez et ma bouche. Je restais sans voix devant le spectacle. Je comprenais mieux pourquoi Cole était paniqué. Kramer à terre, je voyais sa robe à coté d’elle… Elle portait quoi sous la couverture ? Oh, je ne préférais pas le savoir au final.

    - Monsieur, il y a une alerte générale, je dois vous mettre en sécurité. Vous venez avec moi, on descend.

    J’avais parlé à voix basse, encore choquée par le spectacle. Il me fallait une arme et le pass pour descendre. La commode de Kramer était inaccessible, j’allais vers sa table de nuit. Rien. Je retournais au salon, où je trouvais un bon vieux Beretta 92 planqué sous un meuble. Je me doutais bien que cet endroit devait être un véritable arsenal, mais je ne m’attardais pas plus tant que j’avais ce qu’il me fallait. Je retournais dans la chambre.

    - Vous êtes encore là ? Allez, on y va… Kramer, où est ton pass ?

    Je sentais la réticence. Bien évidemment… Mais bon, on n’avait pas vraiment le temps de polémiquer. En cas d’alerte, il fallait mettre le directeur à l’abri. Kramer était HS, c’état à moi qu’elle avait confié sa sécurité, à partir de là, il se taisait et m’obéissait. Je me retournais et le trouvais enfin face à moi. Depuis que j’étais entrée, ça n’avait jamais été le cas. Je n’aimais pas la tête qu’il faisait. Il était inquiet. Pourquoi était-il inquiet si c’était à lui qu’on devait ce carnage ? Soit c’était vraiment un excellent comédien, soit c’était plus compliqué qu’il ne le paraissait.

    - Il faut se dépêcher. C’est devenu dangereux dans le coin, on ignore trop ce qu’il se passe, et je n’ai pas envie de tirer dans le tas pour nous frayer un chemin. On suivra l’évolution de son état par les caméras, vous serez tranquille pour prendre toutes les notes qu’il vous faut. On s’en va.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Régie

PNJ


. Nombre de messages : 44
. Doublons : PNJ
. Type de rp : Les deux

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Dim 29 Jan - 6:11

Harper avait donné la consigne à un de ses hommes, déjà en train de compiler les images que David demandait. Il jeta un coup d'oeil vers les archives de Kramer. On lui fit signe que c'était en route. Il contacta David... il voulait aussi avoir quelques infos concernant cette Vaneloni un peu trop présente. mais ça...

"Docteur Keller, vous aurez les images dès que possible, probablement avant la fin de la soirée. Les ascenseurs sont toujours bloqués. Feilster vient de bloquer votre femme dans l'un d'entre eux, certainement pour sa sécurité. On n'a toujours rien concernant le niveau 1."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maitre du Jeu

Scénar Chef


. Nombre de messages : 205
. Doublons : en effet
. Type de rp : Scénar uniquement

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   Sam 26 Mai - 4:10

Tout s'enchainait trop vite. Ils n'avaient pas le temps de bien réfléchir, mais David réalisa rapidement qu'ils ne pourraient pas sortir comme ça, si l'évacuation était donnée. Il se passa la main sur la figure. Vaneloni, encore elle. Il aurait aimé s'en débarrasser, mais elle était pire qu'une mauvaise herbe.

Il porta la main à son oreille, pour écouter ce que les gars de la Régie lui disaient.

"Docteur Keller, ça s'annonce mal, les gens commencent à affluer au niveau 3. Une évacuation maintenant serait du plus mauvais effet pour votre image. On a Aterman qui essaie de sécuriser le couloir devant chez Kramer, mais bientôt, ce sera intenable."

Bien entendu, Keller ne pouvait pas leur dire tout ce qu'il savait, tout ce qu'il avait en tête. La situation deviendrait vite ingérable si tout le monde se posait trop de questions.

- Au point où nous en sommes, Vaneloni, nous pouvons attendre la fin de l'évacuation du bal. Les couloirs seront bientôt remplis.

Vaneloni fulminait intérieurement. Tout ça parce que Keller commettait des bourdes, même s'il était l'un des chercheurs les plus brillants de sa génération. Et tout ça aussi parce que Cole se révélait être un peu trop sentimental, jusqu'à trahir quelques informations. Même les gens intelligents pouvaient être des imbéciles.

- Il y en a peut-être pour une heure, rétorqua Emily.

- Sauf si on trouve un prétexte.

- Je suis pas censée être là.

- C'était à vous d'y penser avant de vous incruster.

Mais ils n'avaient pas le temps de s'engueuler. David eut une idée. Pourquoi n'y avaient-ils pas pensé avant? C'était SI simple. Il sourit.

- Harper? Dites à Aterman de prétexter une altercation entre Kramer et un habitant. Si on nous voit passer et qu'on nous pose des questions, Emily est témoin, ce pourquoi elle est là. Et ayez l'air crédible.

En Régie, Harper donna le mot à Cole Aterman...

Vaneloni et Keller se préparèrent à sortir... juste quelques minutes, histoire d'être certains que Cole a eu le mot...


---> Dans les couloirs.

_________________
Avatar par Sophi@ sur Starlight Night
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Dernier soupir ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

1.05 [25/06] Dernier soupir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternalis, le défi de la science :: L'Enfer de la Science :: Niveau 3 :: Les quartiers des employés :: Appartement Kramer-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit