RPG Post-Apocalyptique / City. Venez percer les secrets d'Eternalis...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1.05 [25/06] Que la fete commence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
avatar
Le Maitre du Jeu

Scénar Chef


. Nombre de messages : 205
. Doublons : en effet
. Type de rp : Scénar uniquement

MessageSujet: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Dim 30 Jan - 21:17



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Lun 31 Jan - 11:06

Dans mon post : Aelia, Emily, David


    Après avoir quitté Ty, j’étais retournée à mon appartement. J’avais tourné en rond plusieurs minutes comme une lionne en cage, ne sachant pas vraiment comment gérer mon problème. J’avais fini par sortir la fameuse boite de sous le lit pour en sortir la fameuse robe et m’enfermer avec dans la salle de bains. C’était un ordre d’Anton, je devais me pointer à ce bal à la con en robe du soir, et c’était tout ce que j’avais sous la main, alors d’accord ou non je n’avais pas vraiment le choix. Je me changeais donc à contrecœur. Devant la glace, je remarquais les traces de griffures de tout à l’heure. Ca m’avait vraiment beaucoup démangé, et je ne m’étais pas raté. Dans un tiroir, je trouvais de quoi maquiller les marques pour les cacher, ou au moins les estomper. Je n’étais pas très douée pour ça, fallait bien faire avec. J’en profiter pour me mettre un peu de couleur sur le visage, et pour lisser mes cheveux. J’étais ridicule. J’étais retournée dans la chambre chercher un petit appareil dans ma commode, puis une arme dans la table de nuit que j’attachais à mon mollet droit.

    Toujours sortir couvert.

    J’avais fait un détour par l’appartement d’Emily. Non sans râler, elle avait accepté de me cacher les plaies de mes épaules. Pour les voir, il fallait se concentrer dessus, c’était déjà ça de gagner. Je descendais les escaliers sans vraiment en avoir envie. Par reflexe, je profitais de ma position en haut des marches pour scruter l’agencement de la zone, repérer les coins à risques, et surveiller qui était là. Pour le moment, pas grand monde. En même temps, ca commençait à peine, les invités ne viendraient probablement pas avant 19 voire 20h. Keller ne semblait pas là, par contre Aelia vint à me rencontre en bas des escaliers.

    - Capitaine Kramer, vous êtes superbe. Bienvenue.
    - Merci Aelia. Vous avez vu le docteur Keller arriver ?
    - Ah non, je regrette, il n’est pas encore là.
    - D’accord. Si vous le voyez avant moi, dites lui que je souhaite le voir d’urgence, s’il vous plait.
    - Je n’y manquerais pas. Bonne soirée.

    Ca c’était fait. J’allais m’isoler près du buffet. Mes épaules me démangeaient encore… Mon dos aussi. J’avais envie de vomir. Je n’étais vraiment pas à l’aise. Dans ma main droite, je faisais tourner et retourner le petit appareil que j’avais pris dans ma commode. J’étais nerveuse… Très nerveuse… Et pas seulement à cause de mon accoutrement…


_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mer 2 Fév - 22:12

    Evelyne Darkfall

I'm with Kramer

Un bal... Quelle drôle d'idée. La première réaction de la jeune femme quand on lui annonça qu'il y avait une soirée qui se préparait fut un rire nerveux et un "non" catégorique. Elle dit simplement qu'elle n'avait pas envie de croiser certaines personnes et encore moins qu'on l'aborde pour faire connaissance.
Cependant, après une journée passée dans la pénombre de son labo photo, elle eut tout loisir d'y réfléchir et de reconsidérer la question. Qui disait bal, disait monde et qui disait monde disait personnes faciles à aborder pour récolter quelques informations, pourquoi pas. Un bon coup d'accélérateur à ses recherches et un bon moyen d'aborder sans prétexte en béton armé des scientifiques et élus à l'administration.

Soupirant un coup, blasée de devoir trouver une robe pour l'occasion, la jeune femme laissa son atelier en plan pour filer dans sa chambre. Elle ouvrit son armoire et reste un moment à fixer les vêtements qui s'y trouvaient. C'était désespérément vide, que des tenues de bases, pantalon, tee-shirt et chemisiers. Elle avait une ou deux robes mais rien de très concluant pour une telle occasion.

Une idée. Il lui fallait une idée. Elle se voyait mal aller demander une robe à ses maigres connaissances. En désespoir de cause, elle fouilla tout de même dans la penderie au cas où il s'y cacherait quelque chose d'intéressant. La chance était de son côté, sur le fond de l'armoire, mis en chiffon, elle découvrit une robe noire, longue et souple. Elle se rappela alors qu'elle l'avait acheté à l'occasion d'une exposition, organisée bien des mois plus tôt.

Dix-huit heure approchait, aussi Evelyne alla se doucher en vitesse et se prépara pour la soirée. Elle enfila la robe et la paire de chaussure à petit talon qui allait avec, se coiffa rapidement: queue de cheval et petite anglaise pour encadrer le visage et finit par mettre un peu de rouge à lèvre assez foncé, un des rares éléments de maquillage qu'elle avait chez elle.

La jeune femme prit en revanche plus de temps à préparer son appareil photo, dans lequel elle mit une nouvelle pellicule qu'elle testa pour être sûre de prendre des clichés de bonne qualité. Elle passa l'appareil autour de son cou et prit quelques gadgets dans un petit sac à main, par mesure de prévention. Elle joindrait ainsi l'utile à l'agréable en proposant par la suite pourquoi pas quelques unes de ses photographies pour un article sur la soirée.

Fin prête, la jeune femme prit le chemin de la fête. Elle fut d'ailleurs surprise de ne trouver que quelques personnes présentes en plus des organisateurs qui arrangeaient les derniers détails. Etait-elle en avance? Elle hésita presque à repartir pour revenir plus tard mais une personne attira son regard. Kramer... Elle était drôlement belle dans sa robe, c'était la première fois qu'Evelyne la voyait dans une telle tenue -et une des rares fois où elle la voyait tout court d'ailleurs-.
La photographe ne résista pas, elle pointa son objectif vers la garde d'élite, fit la mise au point et la prit sans prévenir, à quelques mètres d'elle pendant qu'elle jouait avec un espèce de petit appareil. Pour la discrétion maintenant, c'était foutu par contre, le flash de l'appareil n'était certainement pas passé inaperçu... surtout avec si peu de monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Finlay Reynolds

Garde non gradé / Meilleur joueur épisodes 3 et 4


. Nombre de messages : 562
. Doublons : Don Higgins.
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 33 ans
Localisation : Niveau 1
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Ven 4 Fév - 10:31

    Dans mon post: Avery, Evelyne

    => La Mairie

    Après mon escale dans le bureau de Sekhmet, je pris la direction de mon appartement. Il me fallait impérativement faire un brin de toilette sans quoi je risquais de faire fuir la majorité des habitants du complexe. Une fois arrivé, je déposais ma veste négligemment sur le canapé, ôtais mon holster, ma chemise et la laissais voler le temps d'une suspension avant qu'elle ne retombe avec légèreté sur le divan. Que ça faisait du bien de se sentir aéré ! Je pris le temps de me servir un bon verre de scotch avant de me diriger vers la salle de bain. Mon verre sur le coin du lavabo je laissais choir le reste de mes vêtements et entrais dans la douche.

    L'eau s'écoula avec fureur sur mon corps faisant pleuvoir son torrent brûlant sur chaque parcelle de mon être. Que n'aurais-je pas donner pour rester sous ce déluge salvateur toute la fin de journée. Je fermais les paupières et me laissais bercer par le doux clapotis du jet furieux. C'était agréable de ne penser à rien, de faire le vide et de se recentrer sur l'instant. Ne plus s'encombrer de toutes ces choses qui nous pourrissaient la vie. J'étais en paix avec moi-même, le temps d'une douche seulement. Lorsque celle-ci fut terminée, je m'empressais de me sécher, de me raser correctement, puis j'entrepris de me coiffer les cheveux en arrière avant de mettre un point final à mon entretien par une touche de parfum. Je vidais le reste de mon verre d'une traite en me dirigeant vers ma chambre.

    Une fois devant l'armoire, je restais un long moment les bras croisés. Voilà bien longtemps que je n'étais plus sorti dans le cadre d'une soirée. J'avisais un costume trois pièces élégant, cadeau de ma femme Rebecca, qui célébrait notre premier anniversaire de mariage. Il était encore dans son sac protecteur, ne l'ayant utilisé qu'une seule et unique fois. Un franc sourire se posa sur mon visage à mesure que la fermeture éclair s'ouvrait et que je redécouvrais avec nostalgie ce présent somptueux. Ma femme avait un goût certain: c'était un costume magnifique fait sur mesure et estampillé Armani, entièrement noir avec de fin liserés gris, un gilet et une cravate rouge-sang terminait l'ensemble. Je retirais une chemise noire de l'armoire et m'habillais prestement. La touche finale à mon élégance somme toute irlandaise, était les deux boutons de manchettes carrés en onyx. Cette fois-ci ma femme n'y était pour rien, c'était fourni par l'agence et j'avais eu le bon sens de les garder en compensation de mon travail exemplaire.

    Je restais un long moment à toiser de haut en bas la silhouette qui s'affichait dans le miroir mural de mon armoire. J'avais peine à y croire. J'avais fier allure. J'entendais Rebecca m'appeler, m'obligeant à me dépêcher pour ne pas rater notre dîner si spécial...Comme si c'était hier. Mon sourire ne s'effaça pas mais les ridules aux coins de mes yeux annonçaient la couleur de mon ressenti: j'étais nostalgique. Un regard à ma montre, un passage par la cuisine pour y déposer mon verre et j'étais fin prêt à affronter la terrible réalité. J'étais seul...Un vieux loup solitaire. J'avais pris soin de garder mon arme sous ma veste, dans son holster en cuir. Voilà à quoi se résumait ma vie à présent. Ma seule compagne était cette arme fidèle qui ne m'avait jamais fait faux-bond et je m'en contentais.

    ***

    Il n'y avait pas grand monde. Je venais tout juste d'arriver que déjà je me laissais aller à scruter la salle dans sa globalité. Déformation professionnelle. La majorité des personnes présentes se regroupaient en petit tas éparses, s'éparpillant un peu partout sur la vaste place. Les discussions allaient bon train bien que je notais une certaine réserve chez certains individus. Une certaine euphorie régnait, tout était pensé dans le but de s'amuser bien que derrière tout ça se cachait la manipulation et la méfiance. Je n'étais pas dupe, le loup en moi me criait de rester alerte, ce que je fis. Je me dirigeais vers le buffet, seul endroit qui pouvait encore m'être agréable, lorsque mon regard s'attarda sur une femme en robe rouge. Bordel de merde ! C'était Kramer ! Jamais je n'aurais pu penser qu'elle ferait l'effort de s'habiller correctement ! Et le pire dans tout ça c'est qu'elle portait cette robe à merveille. C'était osé, un rouge criard comme le sien, mais diablement séduisant. Si elle voulait se la jouer discrète elle avait tout faux. J'évitais de trop la fixer pour ne pas paraître impoli et attrapais un verre de martini d'un des nombreux plateaux que les serveurs s'amusaient à nous faire danser sous les yeux. Je portais le verre à mes lèvres et le bus d'une traite, sauvant l'olive verte de la noyade. Un sort plus funeste encore l'attendait, celui de terminer au fond de mon gosier.

    Un nouveau verre de martini à la main, je laissais mon regard se perdre sur la scène où un groupe s'évertuait à animer la soirée. De plus en plus de monde affluait et très bientôt cet endroit finirait par grouiller d'habitants. Ce n'était pas vraiment pour me plaire. Je fronçais les sourcils lorsqu'un flash crépita en périphérie de mon regard. Une jeune femme en robe noire, un appareil photo de bonne facture entre les mains, contemplait son cliché par le biais du petit écran numérique de son appareil. Était-elle là dans un but précis ? Faisait-elle partie du comité d'organisation qui désirait sans doute la création d'un album souvenir ? Faisait-elle partie du journal l'Another Day ? Je m'attardais plus longuement sur elle. Elle ne portait pas la signature particulière des journalistes: le badge. Elle était inoffensive, mais l'idée que mon image puisse être volé par une tierce personne dont j'ignorais tout ne me plaisait pas du tout.

    J'avalais mon verre, accordant à l'olive un sauf-conduit de dernière minute, et me dirigeais vers l'indiscrète photographe. Un beau pléonasme, pour une belle jeune femme. Je l'abordais avec délicatesse, malgré un ton qui se voulait ferme:

    " Excusez-moi mademoiselle, mais les seules personnes habilités à prendre des photos ce soir, sont les journalistes du complexe. J'imagine que vous avez sur vous le badge nécessaire à votre identification comme telle. Si ce n'est pas le cas, je vous demanderais de me remettre votre appareil qui ne vous sera rendu qu'en fin de soirée. "

    Je ponctuais mon intervention par un sourire on ne peut plus professionnel. Ouais, à défaut de m'amuser, je ferais mon travail à merveille. Un vieux loup solitaire dans toute sa splendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Sam 5 Fév - 6:07

    Evelyne Darkfall

I'm with Kramer and Reynolds

Un rapide coup d'oeil sur l'image numérique permit à Evelyne d'apprécier le résultat plus que satisfaisant de son premier cliché de la soirée. Une petite retouche pour améliorer l'éclairage et ce serait une belle photo une fois tirée. Il fallait dire que son modèle rendait la tâche facile. Un léger sourire flotta sur les lèvres de la jeune photographe, adoucissant quelque peu son air méfiant et mal assuré qu'elle portait toujours, comme un voile protecteur empêchant quiconque de l'atteindre. En théorie.

Lorsqu'elle releva la tête pour se reconnecter à la réalité et ce qui l'entourait, la jeune femme remarqua que son flash avait attiré pas mal de regards. Un "et m**de" retentit longuement et fortement dans son esprit, sans que son visage d'albâtre n'en porte aucune séquelle cependant. Contrairement à ce qu'elle pensait, la première personne qui réagit à son cliché ne fut pas la première concernée mais un homme qu'elle avait déjà vu de loin, sans vraiment lui adresser plus d'attention.

A bien réfléchir, elle avait sûrement du entendre son nom une fois mais elle était incapable de s'en souvenir présentement. En l'abordant, il avait tiré un sursaut à Evelyne qui ne s'y attendait pas, trop absorbée par ce qu'elle faisait et appréhendant quelque peu la réaction de la photographiée. Ses doigts se crispèrent légèrement sur son appareil, la seule chose à laquelle elle pouvait se raccrocher pour le moment.
Il lui fallut quelques instants avant de saisir ce qu'on lui racontait. Un frisson lui parcourut alors le dos, lui prendre son appareil? Ah ça, non! Jamais elle ne laisserait son précieux outil dans les mains de quelqu'un d'autre et encore moins d'une personne en qui elle n'avait pas confiance.

Elle réprima l'envie de se rebiffer et envoyer promener proprement ce type qui venait la tourmenter dans ses plans. Mais au final, elle préféra rester sage et se plier à ses exigences. En espérant qu'il serait ainsi convaincu et la laisserait traîner sans problème.

~ Je suis photographe et il m'arrive de travailler avec l'Another Day, commença-t-elle, le plus calmement du monde avant de pincer les lèvres, feintant d'être légèrement vexée, misant sur un peu d'espièglerie pour détendre l'atmosphère. Je vois que vous n'avez pas assisté à mes expositions. Ceci dit, je dois avoir ce qu'il faut sur moi.

Détournant le regard vers son sac, la jeune femme laissa pendre avec une précaution infinie son appareil autour de son cou, après quoi elle entreprit de fouiller dans son sac.

~ Si je ne l'ai pas oublié avant de partir, marmonna-t-elle pour elle-même.

Après quelques instants à déranger toutes les pellicules et autres bricoles qui se trouvaient dans son sac, elle trouva enfin ce qu'elle cherchait. Le fameux badge. Elle le lui tendit, rassurée de ne pas avoir à se justifier plus longtemps et de ne pas avoir oublié ce fichu badge chez elle.

~ Vous contrôlez tout le monde, comme ça? lança-t-elle spontanément pendant qu'il vérifiait qu'elle était "en règle". Excusez-moi, ce ne sont pas mes affaires après tout... se rattrapa-t-elle.

Petite mise en bouche pour vérifier qu'elle n'était pas trop rouillée pour tout ce qui était relation humaine. Enfin, elle n'était pas à l'aise et c'était visible malgré ses efforts pour se détendre. En espérant que ce soit un mal pour un bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Dim 6 Fév - 12:40

Dans mon post : Avery, Aelia

    - Non. Non non non NON ! Merde ! Regardes-moi. Je ne suis pas encore prête et Hogan va arriver. J’ai pas le temps pour tes histoires ! Tu m’emmerdes, Kramer, casses-toi !

    Voilà. C’est ça que j’aurais du lui dire. J’aurais du lui dire et la fouttre dehors. A la place de ça, déjà je me suis demandé si j’avais pas à faire à un sosie, complètement méconnaissable Kramer en rouge pétant, et puis ce n’était pas dans ses habitudes les trucs SM alors ses épaules toutes griffées avaient tendance à m’inquiéter. Je l’avais donc laissé entrer. J’avais maquillé ses épaules comme je pouvais et on avait un peu discuté. Ce qu’elle avait à me dire n’augurait rien de bon. J’abandonnais l’idée de la robe beige pour une noire plus facile à porter et plus pratique en cas de soucis.

    Kramer s’en alla, je pouvais finir de me préparer. Je n’étais pas en retard, Peter n’était pas encore là. Sauf qu’en regardant l’heure, je n’étais pas non plus en avance. Hogan ne m’aurait quand même pas fait le coup de ne pas passer ici avant d’aller à la fête ? Je n’allais quand même pas devoir apparaitre là-bas toute seule ? Sans nouvelles de mon cavalier, je quittais finalement mon appartement direction la grand place. En haut des escaliers qui menaient au hall, je m’arrêtais pour voir s’il n’était pas là. Ce n’était pas le cas. Le Conseil et les Archives devaient être là de bonne heure pour accueillir tout le monde. Il fallait bien que j’apparaisse. Je retrouvais facilement la rouquine à robe rouge, aussi nerveuse que lorsqu’elle m’avait quitté, Fin n’étais pas loin, en grande conversation avec la photographe. Aelia était à son poste, donc coté orga on n’était pas trop mauvais. Je descendais les escaliers et allait saluer la directrice des archives.

    - Bonsoir, Aelia.
    - Bonsoir, Emily. Enfin des renforts. Je ne sais plus où donner de la tête. Le maire n’est pas avec vous ?
    - Nope. Sa seigneurie est dieu sait où. Un vrai goujat… Du beau monde d’arrivé ?
    - Le Capitaine Kramer.
    - Keller ?
    - Non. Pas encore.
    - Bon, ben concentrez-vous sur l’ascenseur, je garde les escaliers.

    J’allais me poster sur les marches pour accueillir les habitants. En même temps, ca me faisait un point en hauteur pour observer ce qu’il se passait et qui arrivait. Juste sous ma poitrine, je sentais une sensation désagréable qui me fit me retourner en direction de Kramer.

    Oui, c’est bon, je t’ai vu.

    Je lui adressais un signe de tête et retournais à mes occupations. La grosse Mme Liliard débordait de mauvais gout… C’était à se demander comment elle arrivait à voir où elle mettait les pieds pour ne pas tomber.

    - Mme Liliard, bonsoir ! Merci d’être venue, vous êtes sublime…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Dim 6 Fév - 13:36

Dans mon post : Emily, Fin, Evelyne


    J’avais l’impression que le temps s’était arrêté. Qu’est ce que ça pouvait être long… La soirée était à peine commencée que je m’ennuyais déjà. Keller et sa stupide robe… Je voulais faire acte de présence devant lui et Anton, et me barrer vite fait. J’avais froid, ca me grattait de partout, j’avais envie de plonger dans un jogging et d’aller faire quelques pompes à la salle de sports. Je sentais le poids de mon arme sur ma jambe, ce n’était pas du tout confortable, mais je préférais ça à venir désarmée. Et puis, je devais bien me rendre à l’évidence, même si j’en avais envie, j’étais incapable de laisser David face à une menace comme celle dont Léo m’avait parlé. Je sentais de plus en plus que mes sentiments pour lui me bouffaient l’existence, et m’empêcher de faire mon travail comme il devrait être fait. Si encore ça en valait la peine… mais son comportement d’aujourd’hui m’avait bien prouvé que non.

    Tout à coup, un flash me sortit de mes réflexions. Non loin de moi, une jeune femme avec un appareil photo. Que je sois ridicule, déjà ça m’énervait, mais que ca soit immortalisé je n’étais carrément pas d’accord. J’avais aperçu cette jeune femme une fois ou deux, à l’Another à l’époque où je sortais avec Ty. Je ne me rappelais absolument pas son prénom, mais je savais qu’elle était en freelance. Autrement dit, aucun contrôle sur ce qu’elle pouvait faire de ses clichés. Je pensais lui expliquer ma façon de penser quand Finlay me devança. J’approchais de la scène en le laissant faire les contrôles d’usage. Comme quoi il savait être utile de temps en temps.

    La foule arrivait, d’ici quelques minutes, on allait circuler avec plus de difficultés. Je regardais autour de moi, au cas où Keller était arrivé. A l’autre bout de la place, sur les escaliers menant aux appartements, Emily en robe noire accueillait les habitants. Discrètement, j’exerçais une petite pression sur l’appareil que j’avais dans les mains. Aussitôt, elle se tourna vers moi pour me faire un signe de la tête. Elle m’avait déjà repéré avant… En même temps, je n’étais pas très discrète. Oublions Emily, j’approchais enfin de Finlay et de la photographe, tandis que la jeune femme demandait si les contrôles étaient systématiques. Elle croyait vraiment qu’on allait laisser tout faire sans broncher ? A quoi servirait le service de sécurité dans ce cas ?

    Je signalais à Fin ma présence derrière lui en posant ma main sur son dos.

    - Je vous ai vu à l’Another une fois ou deux, vous êtes photographe en freelance, c’est ça ? Mr Reynolds a raison, pour la sécurité de l’événement et du complexe, il est interdit de prendre les agents en photo. Mademoiselle…

    Je jetais un œil sur le badge pour voir le nom inscrit.

    - … Darkfall.

_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Alia VIP

VIP / Ex-admin en chef


. Nombre de messages : 2027
. Doublons : --
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 36 ans
Localisation : Dans l'ascenseur privé
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Dim 6 Fév - 21:48

Concerné par le post : David, Emily, Avery, Evelyne


Excitation, c’est le mot qui décrivait le mieux ma journée !
J’avais pris mon après midi pour aller me faire pomponner au salon de beauté, ordinairement j’appréciais ces moments mais aujourd'hui l’ambiance était plutôt... étouffante...
Toute la population féminine d’Eternalis avait du se donner rendez-vous là bas. La pauvre Emily était surchargée de travail. Elle n’avait pas non plus l’air enchantée, elle aurait du être contente pour une fois qu’elle était le centre d’attention principal...
Heureusement, mon statut de première dame du complexe m’avait facilité la vie. Je n’aimais pas particulièrement quand David m’appelait comme ça, mais il avait raison et il fallait savoir en tirer partie. J’avais ainsi réussi à écourter au maximum ces cancanneries inutiles...

Une fois coiffée et maquillée, j’étais repassée par l’appartement, David m’avait laissé une magnifique surprise sur le lit. La robe était magnifique mais la surprise était surtout de constater qu’il avait pris un peu de son temps pour me faire plaisir. Un moment l’idée qu’il ai pu envoyer quelqu’un faire cet achat à sa place m’effleura l’esprit, mais j’écartais rapidement cette pensée malvenue. Ma joie était immense et je ne voulais pas l’entacher.
Un sourire aux lèvres je me dirigeais vers la salle de bain pour m’habiller, j’accrochais délicatement la robe au porte manteau époussetant une poussière invisible du revers de la main. Ce tissu était magnifique, tout chatoyant et léger, je ne pouvais le nier, j’avais hâte de voir l’effet qu’elle donnerait sur moi. Je la couvais encore quelques instants du regard avant de me décider enfin à la passer.

Pendant que je finissais dans la salle de de bain, j’entendis la porte de l’appartement claquer. David rentrait enfin, nous allions être en retard.
Je me précipitais pour lui montrer le résultat de son cadeau. Lui même était splendide dans son costume !
Il avait du se changer dans son bureau. Ces derniers temps, il passait tout sont temps là bas de toute façon... Je savais qu’il était très occupé, mais je ne pouvais m’empêcher d’être jalouse de ce travail et du temps qu’il lui prenait à moi.
Cela dit, je restais très fière de lui, il avait toujours été très élégant en costume mais ce soir il avait fait un effort qui allait faire de lui le plus bel homme de la soirée. Et moi, la femme la plus chanceuse à son bras.

L'œil brillant d’amour et d’envie, je lui demandais s’il était prêt et si nous pouvions y aller. Mon impatience était à son comble !

***

La grand place était méconnaissable, les responsables de la décoration avait du travailler d'arrachepied depuis que je l’avais quitté dans l’après midi. L’effet, était saisissant.
En revanche, nous devions être moins en retard que je ne le pensais. Je fus surprise de trouver aussi peu de monde, j’avais imaginé arriver dans une place bondée.
Je murmurais à l’oreille de David dans un sourire :
“Tu es encore une fois, l’homme le plus élégant de la soirée.”
J’avais jeté un œil aux personnes présentes et je ne mentais pas malgré les efforts apparents de tout le monde.
Un flash attira mon regard vers le buffet. Les photographes de l’Another Day était déjà à pied d’œuvre pour couvrir l’évènement. La jeune photographe n’avait d’ailleurs pas choisi le plus mauvais sujet pour sa photo, la femme en robe rouge près du buffet avait une superbe allure.
A mesure que nous descendions les marches j’essayais de la reconnaitre, son attitude me rappelait quelqu’un. Ce n’est que lorsqu’elle se retourna pour parler avec la journaliste que je la reconnu. Je ne pus empêcher un petit cri de franchir mes lèvres.
Kramer !
Que la peste l’emporte elle était splendide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
David VIP

VIP


. Nombre de messages : 247
. Doublons : none
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 40 ans
Localisation : niveau 3 à la recherche d
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mar 8 Fév - 5:33

Aelia, Alia, Avery

David passa la porte de son bureau et soupira encore une fois. La journée était vraiment « pourrie » et ce n’était pas fini. Il devait encore se rendre à ce foutu bal. Qu’est ce qui lui avait pris d’accéder à la demande de Logan… Ses yeux se fermèrent un instant alors que son corps s’adossait à la porte puis il se reprit rapidement. D’un geste franc, il ouvrit le passage pour sa chambre et entra pour s’y changer. Il ressortit 20min plus tard couché et changé. Un léger coup d’œil à sa montre, lui indiqua qu’il devrait passer à l’appartement chercher Alia.
Malgré lui un léger sourire se dessina sur ses lèvres en pensant à la tête qu’elle et Avery devait faire devant leur robe. Il était certains du rendu et se surpris à accélérer le pas pour pouvoir valider le résultat.

Il remonta les étages et ouvrit la porte de chez lui. Alia était visiblement dans la salle de bain, elle en sortie rapidement le sourire aux lèvres et les yeux pétillants. On aurait dit une jeune fille qui va à son premier bal, elle semblait toute excitée. Il lui sourit également et la complimenta sur sa robe.

« Mon choix était parfait, tu es superbe ainsi ».

Il lui embrassa légèrement les lèvres puis hocha la tête et lui offrit son bras pour l’accompagner dans la grande salle.

***

D’un simple regard il embrassa l’entièreté de la salle et sembla satisfait. Au moins, le résultat était là. Ce serait une belle fête et le service de sécurité était déjà bien en place. A peine firent-ils un pas dans la salle qu’Aela le rejoignit pour lui signaler que Kramer désirait le voir. Il fit un signe de la main pour lui dire qu’il s’en occuperait plus tard. Après tout sa joue lui tenait encore chaud et il n’avait pas envie d’une nouvelle explosion en public de cette furie.

Alors qu’ils allaient avancer vers les quelques personnes regroupées au bar, il sentit un souffle chaud près de son oreille et la voix de sa femme le complimentant une nouvelle fois. Un sourire charmeur se dessina sur ses lèvres puis il se tourna vers elle.

« Et je suis accompagné sans contexte de la plus belle femme du complexe »

Il déposa un léger baiser sur son front avant de la diriger vers le buffet. Quant un léger cri, lui fit de nouveau tourner la tête vers sa femme.

« Qu’est ce que ?... »

Il suivit le regard d’Alia pour tomber sur la silhouette superbement défini de son chef de sécurité. Alors là oui, son choix était parfait. Elle était splendide. Il cacha rapidement le sourire appréciateur qui se dessinait sur ses lèvres. Il glissa sa main autour de la taille de sa femme pour la rapprocher de lui et donner l’image d’un couple uni et aimant.

« Tu es plus jolie qu’elle »

Mais quel manipulateur… Il la rassurait alors qu’il ne pouvait ralentir les battements de son cœur. Il maintenait superbement les apparences, il était passé maitre dans l’art de cacher ses sentiments, heureusement pour lui. Doucement, il l’attira plus près de lui et reprit sa marche vers les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mar 8 Fév - 7:25

Dans mon post : Fin, Alia, David


OH - MON – DIEU !!!

Derrière Evelyne, David et Alia Keller venait de faire leur apparition, enlacés comme de nouveaux amoureux. Le spectacle me laissa sans voix au moins trois secondes. Alia était la distinction même dans cette robe, et au bras de son mari… Non, je n’étais pas assez bourrée pour supporter ça… J’aurais voulu pouvoir tourner les talons et aller voir ailleurs si j’y étais, mais, après mon comportement de l’après-midi, si je voulais montrer qu’il avait tort, je devais parler à David. Alia avait l’air surprise. Monsieur aurait-il eu le mauvais gout de m’offrir une robe appartenant à sa femme ? Non, ce n’était pas dans son intérêt.

- Excusez-moi. Finlay, confisques-lui sa pellicule.

J’approchais du couple en prenant une profonde inspiration. Il me fallait au moins ça pour ne pas vomir. Jalouse ? Moi ? Ah bah là oui… Et même plus que ça. J’avais tendance à oublier qu’ils venaient du même univers tous les deux. Ils allaient vraiment bien ensemble… Ca m’écœurait. Alia avait l’air si à l’aise dans sa robe, moi j’avais l’air d’une momie fripée dans la mienne. Pff, Keller et ses grandes idées. J’avais bien envie de lâcher l’info sur la provenance de ma robe rien que pour voir la réaction de Madame.

- Madame Keller. J’ai appris votre mésaventure de ce matin. Contente de voir que vous n’avez rien. Docteur, je tiens à m’excuser pour tout à l’heure. Je n’aurais pas du réagir aussi violemment.

Mouais… Enfin, il n’a même pas une petite rougeur, c’est presque frustrant.

J’aurais peut être du chercher à le voir à part, mais le meilleur moyen de ne pas le faire mentir était de l’empêcher de parler, et face à Alia il serait bien obligé de taire certains points. Je regardais donc juste autour de moi s’il n’y avait pas d’oreilles indiscrètes et me mis à parler bas en lui montrant le petit appareil que je gardais dans ma main. C’était un petit disque noir, même pas 2cm de diamètre.

- Vous permettez ?

Sans attendre de réponse, j’attrapais le poignet gauche de Keller pour placer l’appareil dans la manche de sa veste.

- Ca se colle au tissu, rassurez vous, ça s’enlève facilement. Ca c’est l’émetteur. Je vous ai trouvé un garde du corps pour la soirée, c’est lui… enfin, elle, qui a le récepteur. Quand vous appuyez sur votre appareil, ca lui envoie une légère secousse électrique qui fait office de signal. Une pression la met en alerte. Dès que vous avez un doute sur quoi que ce soit, n’hésitez pas. Mieux vaut l’alerter pour rien que d’avoir un souci. Une deuxième pression la fait intervenir si le doute se confirme. Une 3e pression si vous êtes soit blessé soit mort. Des émetteurs comme ça, j'en ai pas 36, alors faites y attention.

Une fois l’appareil positionné, j’appuyais doucement, c’était suffisant pour prévenir Emily que Keller était arrivé. Je penchais la tête dans sa direction pour vérifier que tout était bon. Elle me fit un signe de tête, je pouvais revenir à mes explications.

- Keller, je ne suis dupe de rien, je vois très bien ce qu’il se passe. Vous ne m’appréciez guère, libre à vous. Mais je ne veux pas que vos griefs contre moi vous fassent négliger votre sécurité. Alors, s’il vous plait, arrêtez de prendre les menaces de ce matin à la légère. Si vous avez le moindre soupçon sur quoi que ce soit, déclenchez une alerte. Ce n’est pas moi qui interviendrais.

Je lâchais enfin son poignet et reculais d’un pas. Je ne supporterais jamais de le perdre, quoi qu’il fasse ou dise contre moi. Ma voix pouvait à nouveau reprendre un volume normal.

- Nous discuterons plus tard des modalités de ma démission. Passez une bonne soirée.

_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Finlay Reynolds

Garde non gradé / Meilleur joueur épisodes 3 et 4


. Nombre de messages : 562
. Doublons : Don Higgins.
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 33 ans
Localisation : Niveau 1
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mer 9 Fév - 2:09

    Dans mon post: Evelyne, Kramer, Keller.

    Il était évident que la jeune femme percevait mon intervention comme une menace. A la voir s'agiter autour de son sac, prendre milles précautions avec son appareil photo comme s'il s'agissait de son gamin, j'en venais à croire que son métier était la seule chose sur laquelle sa vie reposait. Peut-être était-il tout ce qui lui restait, un peu à mon image. Un élan de sympathie me gagnait peu à peu, à mesure qu'elle se perdait dans sa recherche nerveuse. C'était une passionnée, dont le feu crépitait avec ardeur dans l'océan glacé de son regard. Je dis "glacé" car c'est l'adjectif qui me semblait le plus approprié à sa personne: des prunelles d'un bleu-gris saisissant, une peau d'albâtre comme j'en avais rarement vu, une longue chevelure sombre qui faisait ressortir la candeur de ses traits. Elle me faisait penser à ces créatures mythiques tout droit sorti d'un roman d'Anne Rice. Les dents acérées en moins.

    Pendant qu'elle cherchait son badge, mon regard glissa sans le vouloir sur les contours de la jeune femme. Elle m'apparaissait fragile, comme une poupée de porcelaine, sa robe noire soulignant comme il fallait une silhouette des plus menue. Elle n'était pas des plus charnelle mais il se dégageait d'elle un charme et une onctueuse sensualité qui ne me laissait pas indifférent. A croire que toutes les femmes d'Eternalis descendaient directement de la déesse de l'amour personnifiée: Aphrodite. Je comprenais mieux le passe-temps favori d'Anton à présent.

    Je me surpris à sourire comme un adolescent. Sourire vite dissimulé sous le couvert de ma profession lorsque la jeune femme me tendit finalement son badge synonyme de son sauf-conduit: Evelyne Darkfall, une journaliste free-lance. Tout était donc en règle. J'allais lui remettre sa carte, lorsqu'une légère pression entre mes omoplates, me fit comprendre que la décision ne dépendrait plus de ma seule personne. En effet, engoncée dans sa robe écarlate, Avery se pencha vers moi et lut à voix haute le nom de la jeune femme. Connaissant Kramer, elle ne lâcherait pas sa proie avant de l'avoir totalement mise en charpie. J'attendais donc le verdict de la sentence...

    Seulement voilà, la rouquine renifla une proie bien plus intéressante et me laissa avec les restes de son maigre repas. Mes yeux suivirent la trajectoire rectiligne de la prédatrice et anticipèrent sa direction. Keller ! Le couple Keller venait donc d'arriver. Ma mâchoire se crispa, mes yeux s'étrécirent, mes doigts raffermirent leur prise sur le badge de la photographe. Je sentais un léger picotement à la base de ma nuque que j'identifiais aussitôt comme de la nervosité. A cause de cet homme là. David Keller. L'énigmatique Keller...Je déglutis discrètement et revenais sur la ravissante Evelyne qui devait s'impatienter. Lui adressant un sourire poli, je lui rendis son badge.

    " Tout est en ordre, effectivement mademoiselle Darkfall. Néanmoins, comme vous avez pu le comprendre et l'entendre, la sécurité du complexe n'est pas à prendre à la légère et encore moins lorsqu'il s'agit de couvrir pareil évènement.
    Je laissais passer un temps, histoire que la jeune femme entende bien chacun de mes mots. La suite allait surement beaucoup moins lui plaire.
    Je vais donc devoir vous confisquer TOUTES vos pellicules.
    Je lui indiquais du doigt toutes les autres pellicules qui se terraient dans son sac.
    Je suis navré, mais estimez-vous heureuse de pouvoir garder votre appareil sur vous. Sachez cependant que je garderais précieusement chacune de vos pellicules sur moi, et que vous pourrez les récupérer dès que vous désirerez quitter le bal. Je vous raccompagnerais comme il se doit et vous les remettrais en mains propres.
    La sincérité et la fermeté que j'usais dans le ton de ma voix ne laissait place à aucune option envisageable pour la jeune femme. Ce qui était dit, était dit et serait appliqué. Je me penchais vers elle, et sur le ton de la confidence ajoutais à demi-mot.
    Je sais que votre appareil photo ne requiert pas forcément l'utilisation d'une pellicule pour fonctionner. Il est capable de mémoriser un certain nombre de clichés numérique indépendamment du reste. Alors profitez-en pour choisir avec circonspection les sujets d'étude du soir, avec un peu plus de discrétion, si vous voyez ce que je veux dire. "

    Je faisais allusion au flash crépitant de la paparazzi sus-nommée. Je n'enfreignais pas l'ordre de ma supérieure en agissant de la sorte, je faisais mon boulot à merveille, j'en profitais simplement pour remettre les compteurs à zéro avec la rouquine. Ce faisant, j'indiquais du menton à la jeune photographe, un premier sujet d'étude en la personne du couple Kramer-Keller. D'ailleurs quelque chose clochait dans l'attitude de la rouquine. Elle se tenait près de Keller, en soi rien d'anormal, mais son bras droit avait quelque chose de trop rigide. Il pendait le long de sa robe avec une pesanteur bien trop sentie pour être qualifier de détendu. Lui glissait-elle un mot doux au creux de sa paume, en se payant l'affront de le faire au nez de la femme de Keller ? Non même pas en rêve ! A mesure que je regardais la scène, le côté romantique du billet doux m'apparaissait grotesque, surtout connaissant la demoiselle. Il se tramait quelque chose mais je n'aurais su dire quoi. Sans doute quelque chose en lien avec la sécurité du Big Boss. Revenant à ma vampire d'un soir, je lui adressais une moue contrite et tendais la main vers elle.

    " Il est temps de me remettre vos pellicules mademoiselle Darkfall, si vous désirez profiter de la soirée pleinement en toute liberté. Dans le cas contraire, je crains devoir me montrer impoli et rester à vos côtés pour vous surveiller. Mais, soir de fête oblige, je me permettrais certains écarts en vous proposant quelques verres. Autant joindre l'utile à l'agréable, n'est-il pas ? "

    Je lui adressais un nouveau sourire, en attendant patiemment qu'elle daigne m'offrir ses pellicules, ou par défaut, sa charmante compagnie. Dans les deux cas, j'étais gagnant et j'éprouvais une certaine satisfaction dans le bon déroulement de ce début de soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mer 9 Fév - 9:30

    Evelyne Darkfall

Finaly, Avery & Alia

D'apparence toujours calme, Evelyne avait envie de faire une bonne distribution de gifle. Une réflexion de plus et elle allait exploser. Elle en était persuadée. Le modèle improvisé venait de les rejoindre et ne semblait vraiment pas ravie d'avoir été photographiée. A un contre un, peut-être aurait-elle eu une chance mais là, c'était cuit. Aller, il restait peut-être encore une petite chance pour qu'elle puisse s'en sortir à bon compte. Toute petite...

~ C'est exactement ça oui, répondit-elle en hochant la tête légèrement, fixant son interlocutrice.

Elle était vraiment méconnaissable dans cette robe cependant, elle inspirait toujours autant de méfiance et de colère à la photographe. Sans doute son poste, son air froid ou bien était-ce tout simplement qu'elle ne l'aimait pas... sans la connaître.

Quoi qu'il en soit, le visage jusqu'alors calme d'Evelyne se décomposa en apprenant qu'on allait lui confisquer sa pellicule. Elle se mordit la langue furieusement pour ne pas exploser, se répétant en boucle qu'elle avait intérêt à se tenir à carreau si elle voulait éviter les ennuis et une certaine surveillance désagréable. Ceci dit, la jeune femme ne lui laissa aucune chance de s'en sortir, donnant un ordre au certain Finaly, elle s'esquiva.

Evelyne la suivit du regard quelques instants. Juste assez pour repérer Alia Keller et son mari. La soirée allait peut-être se dérouler mieux qu'elle n'avait commencé... Une fois l'histoire de la photo réglée, il lui faudrait trouver un moyen de mettre le grappin sur la Keller. Mais chaque chose en son temps. D'abord, la photo.

Revenant à son interlocuteur à nouveau seul, en lâchant un soupir déçu, la jeune femme retira son appareil de son cou, le maniant ainsi plus aisément. L'espace d'un instant, elle eut envie de bluffer en retirant la pellicule, pour en donner une vierge et garder sa photo. Pur esprit de contradiction. Elle renonça l'instant suivant, un cliché, aussi beau soit-il ne vaut pas la vérité. Après tout, elle était là pour cela au départ et elle avait plutôt intérêt à ne plus le perdre de vue.

Sauf que pas de chance! Il voulait lui confisquer le reste des pellicules qu'elle avait dans son sac. Un éclair enragé passa dans son regard, la main sur son appareil se crispa. Un rire jaune sortit de ses lèvres. C'était une blague? Non parce que tout lui retirer pour une simple photographie, c'était exagérée... Elle ne savait plus vraiment comment réagir. La suite des paroles du jeune homme la calmèrent un peu cependant. Au fond, il ne semblait pas vouloir la descendre... lui au moins. A ses dires, il paraissait évident que sans la Kramer, il l'aurait laissé en paix. Dommage.
Et puis, il avait évidemment raison, son appareil avait une petite mémoire, une vingtaine de photographies tout au plus. Céder son matériel restait malgré tout une déchirure pour Evelyne. Son appareil, c'était sa vie. La seule chose qui la rattachait encore au monde et qui lui permettait de s'exprimer librement. Du moins quand on la laissait en paix!

~ Je trouve ça vraiment injuste. Je n'ai tué personne que je sache...

Un sourire mesquin se posa finalement sur ses lèvres, à la pensée que le jeune homme allait s'amuser pour pouvoir prendre toutes les pellicules qui se trouvaient dans son sac. Et hors de question de l'aider.

~ De toute manière, plutôt mourir que quitter mon appareil. Ce serait comme m'enlever un poumon. D'ailleurs, si vous en abimez une, vous êtes un homme mort, lança-t-elle avec espièglerie.

Ceci dit, elle ne plaisantait peut-être pas tant que ça. Elle sortit la bonne quantité de pellicules qui se trouvaient dans son sac et les remit enfin à son interlocuteur.

~ Ne le prenez pas mal mais je préfère avoir la paix maintenant. Peut-être aura-t-on l'occasion de se croiser plus tard dans la soirée. De toute façon, je ne partirait pas d'ici sans mon matériel.

Evelyne replaça ensuite la lanière de son appareil autour de son cou, le maintenant d'une main. Elle attrapa son badge au passage, le rangeant dans son sac et s'esquiva après une petite phrase passe partout du style "passez une bonne soirée".
Se fondant dans la foule, la photographe passa une main sur son visage, masquant un soupir. Le temps de se reprendre et de se remettre de ses émotions de ce début de soirée et elle revint à son principal objectif. Glaner des infos. Dans sa brève discussion avec le garde, elle avait tout de même appris qu'il se tramait quelque chose entre Kramer et Keller. Aïe... Passer inaperçu auprès de la rouquine allait s'avérer difficile pour la soirée désormais.

Pour achever de se détendre, la jeune femme prit une coupe sur un plateau et se rapprocha du trio Keller-Kramer, se plaçant dans un angle mort de la garde pour éviter d'attirer son attention trop rapidement. Elle observa les trois personnes aussi attentivement qu'elle le pouvait mais l'affluence et son mauvais angle de vue. Mais tant que Kramer était là, elle ne pouvait pas se permettre de s'approcher plus. Assez de bêtise pour ce soir!

L'idéal serait que la femme de Keller s'éloigne assez loin des deux autres et que Kramer et Keller soient attirés plus loin. Ainsi, elle pourrait peut-être aborder la scientifique. Attendre une occasion. Il ne restait que ça à faire. Aller... patience Evy! Patience! Tu as toute la soirée pour pouvoir l'approcher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mer 9 Fév - 10:34

    Caroline Bolen

Dans mon post : Finlay, Don

Spoiler:
 

J'avais mis un temps record pour me préparer, record pour toute fille qui se respecte bien entendu. La robe que j'avais décidé de porter était pour ainsi dire neuve. Depuis un certain moment dans mon placard, mais jamais portée. Elle était magnifique, j'avais juste eu le béguin pour elle, mais j'attendais un moment spécial pour la porter. Et le bal de ce soir était tout ce que peut être un événement spécial. Déjà, c'était un bal. Je n'avais jamais mis les pieds à un bal. Des fêtes, des soirées, des trucs innommables plus ou moins fréquentables je suis obligée de l'avouer, mais un bal... Je ne pouvais qu'imaginer avec ce que j'en avais entendu dans ma jeunesse. Grâce aux quelques films à l'eau de rose Américains que j'avais vu de mes yeux d'Européenne à l'époque. Enfin quoi qu'il en soit, à l'époque je n'étais que très moyennement interessée par ce genre de truc, mais maintenant que je vivais ce qu'on peut presque qualifier de « petite vie tranquille », parce qu'il faut dire ce qu'il est, mes frasques, mes soirées au Night, tout ça était à des kilomètre de la vie que j'avais pu mener à diverses époques, que j'étais ce qu'on peut appeler « casée », je rêvais de ce genre de soirée. J'avais fait du chemin, je ne pouvais le nier.

Douche, coiffure parfaite, j'étais passée au maquillage – bon une bonne demie heure, j'avais pas encore réussis à m'améliorer là dessus – je m'étais observée dans la glace, mon reflet me rappelant comme un électrochoc l'affreux bleu qui s'étirait sur mon bras sur 7/8 bons centimètre, toujours souvenir de l'imbécile du Night Club de la soirée précédente. Et voilà comment j'avais encore réussis à passer un bon quart d'heure à m'acharner sur mon bras à coup de fond de teint pour finalement obtenir un résultat qui me plaisait assez, on ne voyait presque plus rien. Et puis j'avais finis par enfiler la magnifique robe argentée en question, que j'avais réussis à ne pas montrer à Don, chose dont je n'étais pas peu fière. Elle était juste sublime, une merveille. J'aurais eu un peu plus de temps j'aurais camouflé mon As de Pique tatoué sur l'épaule droite, mais bon, ça ferait l'affaire. Le bleu avait priorité sur le tatouage. Tant pis pour ce dernier. En parlant de tatouage, mes yeux dérivèrent sur mon poignet, sur lequel était calligraphiés les mots « Cosa Nostra ». Ah là la... C'était un peu grâce à ce milieu dans lequel j'avais vécu que j'étais devenue maître dans l'art de la préparation. Au sein de la mafia, la femme n'a pas réellement une grande importance. Elle n'est même pas mafieuse dans le sens le plus stricte du terme. Même à quelqu'un comme moi qui venait d'une très grande famille au sein de la Cosa Nostra, on ne demandait que peu de chose : savoir se faire belle, briller en société en bras d'un maris ou d'un dirigeant haut placé de la famille, et projeter une image de perfection. Je me complaisais dans ce rôle, je n'aimais certes pas autant les soirée huppés et prétentieuse de ce genre que les soirées plus ou moins orgiaques comme la jeunesse italienne savait les organisait, mais malgré tout ça me plaisait.

Après m'être vérifiée une bonne demie douzaine de fois sous toute les coutures devant le miroirs, je m'étais dirigée vers la pièce principale de l'appartement que je partageais avec Don. J'étais prête, il ne me manquait plus que mon parfait cavalier.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣

Et c'est donc comme ça qu'après tant de péripéties, c'est finalement seule que j'étais arrivée au bal. Il avait appelé du bureau à l'appart, pour me demander de le rejoindre directement la bas. Il avait du boulot à finir apparemment. Lorsque j'avais quitté le bureau de Don, il ne semblait pas lui rester tant de boulot que ça, et voilà qu'il n'avait même plus le temps de passer me rejoindre à l'appartement. Je n'aimais pas qu'il ne me dise pas tout, je n'aimais pas qu'il me cache de chose. Et pourtant dieu seul sais combien il m'en cachais. Je savais par exemple que nous n'étions pas arrivé à Eternalis par hasard, que quelqu'un, je ne sait qui, lui en avait parlé et donné les coordonnés ou je ne sais quel autre moyen pour y arriver. Et je me doutais que ce n'était pas la seule chose qu'il me cachait. Seulement à l'époque nous n'étions pas assez proches pour que j'aborde le sujet, et plus le temps avait passé, plus j'avais trouvé de nouvelles excuses pour ne pas le faire. Pas très courageux de ma part, il faut bien l'avouer. Mais que cela soit dit, je n'étais pas ici pour penser à ce genre de chose. Ce soir j'allais m'amuser, mais surtout passer un peu de temps avec Don, chose qui de part nos boulots respectifs, me manquait quand même cruellement. Passant près d'Aelia, que je voyais trop à mon goût en ce moment, je laissa mon regard se balader sur les différentes personnes présentes sur la grande place. En un coup d'oeil rapide je m'étais désintéressée du couple royal, m'attardant un peu plus sur Kramer. Je ne la connaissais pas réellement. Juste par mon boulot, et quelque part le sien. Faut dire qu'il était pas rare qu'elle intervienne au Night, mais qu'on se le dise, ce n'était pas systématique non plus hein... Quoi qu'il en soit, je fus surprise de la voir habillée comme une fille. Autrement que comme un commando d'élite où je ne sais quoi. Je n'aurais pas choisis cette couleur pour une robe, trop criarde à mon goût, mais la vérité était qu'elle la portait admirablement bien. J'aurais presque pu ne pas la reconnaître. J'adressai un rapide salut de la tête au garde qui m'avait tiré de l'ascenseur cet après midi, avant de me retourner vers l'entrée. C''est bien ce que je pensais, Don était arrivé, et il était à tomber. En toute objectivité bien sur. J'aurais presque, je dis PRESQUE, réussis à oublier qu'il n'était pas venu à l'appartement pour une raison obscure. J'étais plus qu'heureuse d'être celle qui avait la joie d'être à son bras ce soir. Un sourire espiègle, je lui lançai quelques mots lorsqu'il arriva à mon niveau.

    « Un vrai fille dis moi ! J'ai presque failli t'attendre ! » Et je m'étais approchée de lui pour arranger son noeud papille déjà pratiquement parfait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Don Higgins

Infirmier au niveau 2


. Nombre de messages : 55
. Doublons : Finlay Reynolds
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 28 ans
Localisation : Infirmerie
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Jeu 10 Fév - 4:07

    -> L'infirmerie

    Dans mon post: Caroline, Alia et David Keller, Dakota.



    " Oui mais ça valait le coup non ? "

    Je levais royalement les bras en croix, un franc sourire illuminant mon visage. Il me fallait preuve de sang-froid, surtout devant Caroline, pour ne pas craquer et lâcher bêtement le morceau. Si j'étais en retard, la raison en était d'importance. Revenons un peu plus tôt, une heure très précisément avant mon arrivé au bal.

    Vous vous souvenez du cadeau piégé n'est-ce pas ? Cette fameuse bombe que je suis censé faire sauter dans le couloir de l'école demain dans la matinée ? Je me devais de la planquer. Je me voyais mal arriver au bal avec ça sous le bras ! C'est donc sans surprise qu'après ma journée de travail harassante, je décidais de m'en retourner à mon appartement. Sur le chemin, je n'arrêtais pas de ressasser sans cesse les options qu'ils me restaient. Elles étaient moindres. Je ne voulais pas risquer la vie de mes proches en me montrant trop impétueux ou irréfléchi. Dakota. Elle pourrait m'aider à y voir plus clair. Je bifurquais au détour d'un couloir et me dirigeais vers son appartement. Ce n'était pas une mauvais idée puisque en agissant ainsi, j'évitais de croiser Caroline et de me perdre dans un énième mensonge, chose que je détestais faire...Une fois sur place, je frappais à la porte. Dakota m'ouvrit, visiblement surprise de me voir. Je vous passerais les détails de notre entrevue, toujours est-il qu'elle m'a été d'une aide précieuse dans ma prise de décision. Elle me confirma le fait qu'il n'y avait pas cours le lendemain, et m'indiqua sur un bout de papier les différentes positions des caméras afin de m'éviter de probables ennuis. Tout était en place. Tout, sauf ma motivation.

    Lorsque je retournais dans mon appartement, Caroline n'y était déjà plus. Un rapide coup d'œil à l'horloge murale m'indiquait que je serais inévitablement en retard. Je déposais le paquet sur la table, bien en évidence, histoire de ne pas affoler les gars de La Régie avec un colis suspect. J'avais pris pour habitude de ramener des médicaments et autres trousses de secours à l'appartement, avec une femme comme Caroline vivant ici, c'était une obligation. J'utilisais toujours les mêmes sacs plastique. Celui-ci ne dérogeait donc pas à la règle, son contenu mis à part. Je fonçais dans la salle de bain, comme si de rien était. Une agréable odeur de femme planait encore entre les murs m'arrachant un sourire de satisfaction: Caroline serait encore la plus belle d'entre toutes et j'étais un sacré veinard ! Ragaillardi par cette image de naïade qui dansait devant mes yeux, j'entrepris de faire honneur à sa beauté en me mettant à son diapason.

    Rasage de près, coiffure impeccable, parfum, smoking noir, gilet, chemise blanche à col cassé, nœud papillon, montre à gousset, rose blanche dans la poche extérieure de ma veste, je sortais le grand jeu. Non seulement je devais être le plus bel homme de la soirée mais je devais en plus m'excuser pour mon retard qui resterait inexpliqué. Je contemplais mon reflet dans le miroir et après un examen minutieux de ma personne, estimais que je pouvais me faire passer pour Apollon lui-même. Un large sourire se fendit sur mon visage. Ouais j'étais véritablement un très bel homme et Caroline ne s'y tromperait pas. Après avoir ranger avec attention la salle de bain, je revins dans la salle principale. Une ombre passa sur mon visage: le colis était toujours à sa place. Il me narguait m'indiquant clairement que c'était lui qui commandait. Ma main droite se mit à trembler légèrement alors que je réajustais mes lacets de chaussure. Je devais impérativement me calmer. Tout allait bien se passer, Dakota s'en était assuré personnellement. Je lui faisais confiance. Ma main se posa instinctivement sur la poche intérieure de ma veste. Je pouvais sentir le délicat renflement du papier sous le tissu. Mon passe-droit pour accomplir un triste méfait.

    Après une grande inspiration, je pris le paquet et le rangeais dans l'étagère de la salle de bains avec le reste des médicaments. Je jouais le jeu jusqu'au bout. Une fois le tour de l'appartement terminé, je pris enfin congé.

    *****
    Et je me retrouvais au bal, face à la plus belle femme qu'il m'ait été donné de contempler. Il y avait déjà pas mal de monde. Le couple Keller en tête de liste. Je leur adressais un hochement de tête discret sans vraiment savoir si les deux tourtereaux avaient pris le temps de me voir. C'était le grand patron après tout, mieux valait faire bonne figure. J'aperçus Élise dans un coin de la salle mais elle, ne me vit pas. Je m'avançais vers Caroline et la pris par la taille, l'enlaçant tendrement contre moi. Son parfum emplissait mes narines et me rendait fou. Je déposais un baiser passionné sur ses lèvres vermeilles, avant de la faire tourner à bout de bras et d'ajouter avec admiration:

    " La beauté n'est que la promesse du bonheur a dit Stendhal. Je le confirme et le clame haut et fort: Caroline Bolen, vous êtes resplendissante !
    Et je ponctuais le tout par un baise-main à la française. Sans me départir de ma galanterie, je passais au poignet délicat de ma Caroline, la fameuse rose blanche qui se pavanait depuis le début de la soirée sur mon costume.
    Une manière pour moi de t'offrir le bal dont tu as toujours rêvé.
    Je lui adressais un sourire sincère et déposais un nouveau baiser sur ses lèvres qui ne cessaient de m'attirer à elles. Je conduisais ensuite ma femme vers le centre de la salle, je saisis au vol deux verres d'un cocktail à la couleur bleuté et en tendis un à Caroline. Me noyant dans son regard, je déclarais posément.
    A toi, ma Muse et à notre soirée inoubliable. "

    Le doux tintement de nos verres souligna le début d'une soirée prometteuse malgré l'ombre qui ne cessait de s'étendre dans ma poitrine à mesure que les minutes s'égrenaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Ven 11 Fév - 2:34

    Sekhmet A. O'Reilly

Dans mon post : Avery, Evelyne, Finlay

    Assise devant son bureau, elle faisait jouer son stylo entre ses doigts. Des piles de dossiers s’entassaient devant elle, et il y en avait même certains dans sa chambre. Elle soupira. Non, décidément elle n’était pas décidée. Tournant les pages de son dossier, sans vraiment les voir, elle tentait d’oublier ses hésitations. Non, elle n’irait pas à ce satané bal. Qu’y ferait-elle d’ailleurs ? Danser bêtement et saluer les personnalités du complexe ? Douglas, lui, avait bien trop de travail pour y aller, alors elle n’avait aucune raison, elle, d’y être. Ou plutôt… Elle ne voulait pas écouter la raison qui la poussait à hésiter. La situation était décidément plus qu’embrouillée. Et Finlay, en venant la voir, n’avait fait qu’empirer la situation. Quand elle lui avait dit qu’elle passerait au bal, elle n’avait pas réfléchi. Et à dire vrai, cela n’avait pas été dans ses plans, jusqu’à ce qu’elle le voit.

    A présent, le regard perdu dans ses travaux, elle n’arrivait pas à prendre une décision. Etrangement, elle craignait de voir Finlay, de jouer encore cette comédie. Elle sursauta en entendant la porte de son bureau s’ouvrir et Doug entrer.

    Je te dérange, chérie ?

    Non, non, pas du tout, entre.

    Douglas s’approcha d’elle, l’enlaçant tendrement. Sekhmet tapota de manière maladroite l’épaule de Doug. Il s’écarta d’elle. Honteuse, elle ressentit un fort soulagement.

    Tu ne devais pas aller au bal ?

    Si, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée, tu sais. Il va y avoir plein de monde, et puis j’ai du travail…

    Les excuses étaient bien faibles, même Sekhmet en avait conscience. Douglas sourit et lui prit la main.

    Sekh’, tu devrais aller t’amuser un peu. Contrairement à moi, toi tu n’es pas coincé à la maison. Et puis, tu as travaillé toute la journée. Accorde-toi un peu de repos. Une distraction te fera du bien.

    Sekhmet, ne regardant pas son mari dans les yeux, hocha la tête. Après tout, rien ne disait qu’elle devait forcément rester avec Fin. Elle verrait sûrement d’autres personnes. Soupirant, elle se leva. Doug sourit, retournant dans le salon. Les pas de Sekhmet la menèrent dans sa chambre. Elle resta un moment en arrêt devant sa garde-robe. Hum… Elle finit par dénicher une robe qu’elle aimait bien. Cela ferait l’affaire…

    Spoiler:
     

    La Grande place était noire de monde. Sekhmet inspira profondément puis, sourire aux lèvres, se plongea dans la marée humaine. Elle reconnut diverses personnes qu’elle salua d’un signe de tête. Sekhmet eut cependant un temps d’arrêt en apercevant Kramer. Incroyable métamorphose ! Vêtue d’une robe rouge, elle était incroyablement belle. Sekhmet lui adressa un sourire.

    Magnifique tenue. J’imagine qu’on vous a forcé la main.

    Sekhmet connaissait quelque peu Avery Kramer. Et ce n’était pas le genre de femmes à aimer les robes et autres fanfreluches. Sekhmet ne pouvait pas la blâmer, elle était pareille, à un degré moindre cependant.

    Elle aperçut une jeune femme qu’elle reconnut. Accoudée dans un coin, avec une coupe, il s’agissait d’une photographe. Elle lui avait déjà accordé une interview. Sekhmet s’approcha d’elle, suivant son regard. Elle sourit.

    Vous pouvez toujours attendre, vous savez ?

    Sekhmet suivit du regard le couple. Son regard accrocha soudain celui de Finlay. Son cœur se serra. L’intensité de son regard le montrait bien. Elle détourna rapidement le regard. Elle ne souhaitait pas l’incommoder. Après tout, c’était lui qui voulait qu’ils s’éloignent l’un de l’autre. S’il voulait lui parler, il viendrait. Elle le laissait libre de décider, bien qu’elle le souhaitât au fond d’elle-même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Sam 12 Fév - 7:28

Dans mon post : Emily, David, Alia


J’adorais cette chanson. Ca commençait très bien, je devais dire. Je m’étais changé en urgence dans mon bureau après avoir quitté Logan pour ne pas être en retard ici. Et je me sentais bien seule. On aurait du être plus nombreux pour accueillir tout le monde… Heureusement, les invités arrivaient au compte goutte, ca me permettait de voir un peu tout le monde. Mais entre les habitants qui arrivaient par l’escalier et le personnel qui arrivait de l’ascenseur, je ne pouvais pas me dédoubler. Kramer était la première guest à apparaitre. Sa robe allait surement en étonner plus d’un. Elle n’était pas du genre à porter des robes ou des jupes, mais il fallait bien admettre que ce rouge lui allait à ravir. Il fallait oser, et elle avait eu raison de le faire. Par contre, son visage montrait un certain agacement. Elle n’avait pas choisi d’être là ce soir, surement. Elle me chargea d’un message pour le docteur Keller. J’avais hâte de pouvoir le saluer. Mon cœur battait toujours à 100 à l’heure devant lui. J’avais beau travailler pour lui depuis de nombreuses années, il m’impressionnait toujours autant.

Des gardes, des habitants, quelques scientifiques. J’avais vu Evelyne de loin, mais elle ne m’avait pas vu. J’irais lui dire bonsoir plus tard quand je serais moins débordée. C’était toujours les mêmes phrases qui venaient… « Bonsoir, vous êtes superbe », « Comment allez-vous ? Merci d’être venu(e). ». J’avais hâte que la relève arrive. Heureusement, Emily descendit les escaliers quelques minutes plus tard. Ce n’était pas un visage amical, loin de là, mais j’étais contente qu’elle vienne m’aider. Tout le monde arrivait et l’accueil personnel ne serait bientôt plus possible. Je voyais arriver le moment de quitter mon poste et de profiter de ma soirée avec Logan.

Les lourdes portes de l’ascenseur s’ouvraient, laissant apparaitre l’empereur de ces lieux et son épouse. Je ne les avais pas vus ensemble depuis longtemps. Quel couple charmant ! Le plus beau de toute la soirée. Alia, dans sa robe noire, avait beaucoup de classe, c’était très impressionnant. Elle allait surement être la reine de la soirée. Je considérais comme un honneur de pouvoir les accueillir. Ca aurait du être le travail de notre maire, mais il n’était pas là. Je m’approchais des Keller, le sourire aux lèvres. Mais ce ne fut pas ce à quoi je pensais. Ils me regardèrent à peine, et la seule réponse au message de Kramer fut un geste de la main. Y aurait-il un froid entre les deux ? Ca ne me regardait pas, mais je n’étais pas ravie de ce que je venais de vivre. J’attendais tellement de cette rencontre, je voyais toujours le docteur Keller entre deux rendez-vous pour des bilans et des rapports, c’était décevant. Enfin, la soirée ne faisait que commencer…

Après cette déconvenue, je quittais mon poste pour me rapprocher de l’estrade. Hogan n’était toujours pas. Devais-je lancer les festivités ? je n’en avais aucune idée…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Sam 12 Fév - 8:18

    Evelyne Darkfall

Sekhmet, Keller & Hogan

Tripoter une mèche de cheveux. Evelyne n'avait rien trouvé de plus intéressant à faire. Une coupe dans une main, l'autre dans les cheveux, la jeune femme gardait les yeux fixés sur sa proie à savoir la femme Keller. Il ne se passait rien d'extraordinaire, elle apercevait que Kramer et Keller étaient en pleine discussion mais impossible de dire de quoi ils parlaient.

La photographe devait malgré tout jeter quelques coups d'oeil alentours pour vérifier si le maire n'était pas arrivé. C'était la deuxième personne à qui Evelyne prévoyait de parler absolument lors de cette soirée. Ce serait même peut-être plus simple de l'aborder lui que la scientifique Keller, collée à son mari dont Evelyne se méfiait comme de la peste. Depuis le début, elle n'avait pas réussi à lui accorder sa confiance, même s'il les avaient peut-être tous sauvés d'une mort atroce. Peut-être à cause de son amnésie ou de sa méfiance habituelle, en tout cas, elle n'arrivait pas à adhérer à tout son baratin. Il semblait cacher trop de choses, il laissait trop de zones d'ombre sur son complexe. Pourquoi, s'il n'avait rien à se reprocher, faisait-il tant de mystères? Ce niveau 4, c'était quoi? Les fuites "accidentelles"? Et puis comment savoir si le virus n'était pas mort si toutes les issues étaient verrouillées et que personne ne pouvait sortir? Non, décidément, la demoiselle n'aimait pas cela.

Perdue dans sa réflexion alors qu'elle regardait sans vraiment voir les époux Keller, Evelyne avait coincé le haut de sa coupe entre ses dents. Ce fut une voix familière toute proche qui la tira de ses pensées, la faisant détourner les yeux de son principal objectif du moment. Sous son regard couleur de ciel nuageux se dessinait une silhouette. Une jeune femme dans une époustouflante robe blanche la regardait et attendait une réaction de sa part. La photographe prit quelques instants avant de réaliser qu'elle connaissait cette dame qui lui adressait la parole. Son nom... Ah oui! Sekhmet A. O'Reilly! Une jeune femme qu'elle avait déjà rencontré une ou deux fois dans le complexe. Elles avaient d'ailleurs travaillé ensemble pour une interview.

Un petit sourire se dessina sur les lèvres d'Evelyne à la remarque de son interlocutrice. Un coup d'oeil au couple et un haussement d'épaule plus tard, elle lui répondit avec une pointe d'amusement.

~ J'ai du temps à tuer. Toute la soirée en fait... Et puis, si je ne tente rien ce soir, je n'aurai sûrement pas d'autres occasions. Ce ne sont pas des personnes faciles à aborder, dit-elle doucement malgré tout pour ne pas attirer d'oreilles trop curieuses.

Evelyne remarqua le regard que Sekhmet jeta dans une autre direction. En le suivant, elle tomba sur l'homme qui lui avait confisqué ses pellicules. Elle rit mentalement, légèrement amère, revenant rapidement à son interlocutrice, très naturellement.

~ Quoi de nouveau depuis notre dernière rencontre?

A vrai dire, simple curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Lun 14 Fév - 9:58

Dans mon post, je parle de Aelia T. Littleton


Une fois la déception de ne pouvoir aller chercher sa cavalière dans ses appartements passée, Logan avait résolu de faire de cette soirée le meilleur moment de sa vie à Eternalis, et peut-être tout simplement le meilleur moment de toute sa vie.
Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et Logan passa totalement inaperçu lorsqu'il arriva au bal. Il était seul et cherchait à apercevoir Aelia parmi les quelques personnes déjà présentes. La soirée avait du mal à se lancer apparemment. D'autant plus que, mis à part le couple Keller, il n'y avait aucune des personnalités annoncées et pas même Monsieur le maire.
Logan s'aventura à saisir une coupe de champagne - il n'aimait pas particulièrement ça mais il fallait faire comme tout le monde dans ce genre d'évènement pour ne pas passer pour un bouseux - et engloutit un petit four sans même prendre le temps de savoir ce qu'il avait mis dans sa bouche.

*Aelia, Aelia...*

Elle était là, figée non loin de l'estrade, magnifique dans sa toilette d'apparat, rayonnante. Une femme de toute beauté qui n'avait pas à se parer d'une épaisse couche de maquillage ou autres artifices pour mettre en valeur la finesse de ses traits et la fraîcheur de son regard. Elle semblait inquiète, cherchant fébrilement quelqu'un du regard. Etait-ce lui qu'elle attendait ? Logan osa le croire.
Il vida son verre d'un trait et saisit deux nouvelles coupes. Il fit le tour de la salle en prenant soin de ne pas se faire remarquer - l'effet n'en serait que meilleur - et rejoint la jeune femme. Comme escompté, elle ne l'avait pas vu arriver jusqu'à elle et il put lancer avec désinvolture la phrase qu'il avait préparé :

- Ne soyez plus inquiète, votre chevalier servant est arrivé...

Elle sursauta et lui lança un regard surpris et déçu là où il espérait lire dans ses yeux le soulagement de le voir. Il comprit que ce n'était pas lui qu'elle cherchait. Il resta une seconde interdit puis s'enquit :

- Quelque chose ne va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
David VIP

VIP


. Nombre de messages : 247
. Doublons : none
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 40 ans
Localisation : niveau 3 à la recherche d
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mar 22 Fév - 11:39

*Avery, Alia*

David se concentra sur l'image de sa femme pour éviter toute erreur compromettante. Pourtant quand Avery décida de se rapprocher d'eux, il se crispa légèrement. Son regard profond se glissa dans celui de la jeune femme et son corps ne trembla pas d'un iota quand celle ci lui prit son poignet pour y accrocher l'émetteur. Ce qu'il pouvait détesté cette technologie de surveillance. Il savait se défendre, il n'était pas un bébé. Mais les apparences... Ces foutus apparences, qui l'obligeaient à rester de glace devant cette femme qu'il voudrait serrer contre lui... Il voudrait bien les foutre en l'air ces put*$^* d'apparences...
Ces yeux dérivèrent sur sa manche et l'ustensile. Ses oreilles écoutant attentivement les instructions de sa chef de sécurité, il observa ensuite la salle pour tenter de trouver de lui même qui était chargé de sa sécurité personnel. Après le scandale de la miss et sa journée difficile, il comprenait parfaitement que ce ne soit pas elle qui s'en charge.

Les mots qui suivirent furent comme un coup de poignard. Lui la détester mais où avait-elle pêché cette idée?... une légère grimace se dessina sur ses lèvres. Il faut dire que ces derniers temps il n'avait pas été très sympathique avec elle. Ils enchaînaient disputes sur disputes. Mais c'était de sa faute à elle, c'est elle qui le cherchait.. De mauvaise fois, Keller? Jamais... Bon peut être aurait-il du contenir un peu mieux ces réactions.

Malgré tout, il se contenta simplement de hocher la tête quand elle lui demanda d'actionner le mécanisme au premier soupçon. Il se jura intérieurement qu'ils auraient une discussion, elle devait comprendre l'importance qu'elle avait ici...

Alors qu'il allait lui proposer ou plutôt lui ordonner un rendez vous dans son bureau, David resta un moment interdit.
Démission?... Quelle démission?

Il resta perdu moins d'une seconde, embrassa sa femme sur le crâne.
« Je reviens »
Puis il se tourna d'un bloc vers Avery et la stoppa en attrapant son poignet.

« Il n'a jamais été question de démission Kramer! Ceci est parfaitement impossible, vous me comprenez? »

Le son était faible mais audible pour la jeune femme, le ton était, lui, froid et la menace sous-jacente parfaitement compréhensible. Encore une fois, les apparences prenaient le dessus, il ne voulait pas la perdre, il ne pourrait pas supporter qu'elle le quitte, mais il ne pouvait faire une esclandre en public et surtout pas devant sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Dim 27 Fév - 3:33

Dans mon post : David, Finou


    A peine avis-je tourné les talons que je sentais la main chaude de David sur mon poignet. J’avais du avoir le temps de faire 3 pas, grand maximum.

    - Bon, déjà, vous me lâchez ou je vous en recolle une, en public cette fois.

    J’avais passé mon quart d’heure sympa, maintenant je pouvais à nouveau être désagréable. S’il voulait montrer de l’autorité, c’était devenu particulièrement mal-lacé. Mon annonce avait fait l’effet d’une bombe, on dirait. Il croyait que je ne verrai pas clair dans son jeu, c’était mal me connaitre. Mon visage avait retrouvé d’un coup son expression de l’après midi. J’avais envie d’exploser, pourtant, ma voix restait la plus calme possible. Malgré tout, je voulais le protéger d’une certaine façon, et surtout le protéger de moi avant tout. Evitons un scandale dès le début de la soirée, et les autres convives n’avaient pas à entendre ce que j’avais à lui répondre.

    - Impossible ? Regardez autour de vous, il n’y a pas grand-chose d’impossible en ce qui vous concerne. Quant à vous comprendre, vous plaisantez j’espère ? Je fais quoi depuis 4 ans d’après vous ? J’en ai marre de subir vos humeurs de bonne femme et votre hypocrisie. Vous manipulez qui vous voulez, mais pas moi.

    Je dégageais mon poignet de sa main d’un coup sec.

    A mon envie constante de pouvoir un jour être toute entière dans ses bras, s’ajoutait ce besoin de chaleur que je sentais depuis le début d’après-midi. Pour lui comme pour moi, ma décision était la bonne. Je baissais encore plus le son de ma voix et me rapprochais de lui pour qu’il m’entende tout de même.

    - Je vous rappelle que la sécurité du projet « Eternalis » ne dépend absolument pas de vous, et je ferai en sorte qu’elle ne dépende jamais d’Anton. Vous voulez vous débarrasser de moi ? Très bien, je m’en vais. Mais je le fais à ma façon et tête haute. Maintenant, je me suis excusée pour la gifle, je m’humilie dans votre robe… Oui, parce qu’un mot anonyme écrit à la main ca ne sert pas à grand-chose… Alors, pour le reste de la soirée, oubliez-moi… En cas de soucis, vous avez l’émetteur.

    Je m’éloignais de lui en lui tournant le dos, profitant de la foule qui s’épaississait pour disparaitre au plus vite. Je n’avais pas pu m’empêcher de lui rappeler pour l’émetteur. Ca ne servait à rien d’insister, il avait compris le principe, mais ca me faisait mal d’avoir du confier ce travail à Emily. J’étais stressée et pas bien du tout. Je frottais à nouveau mes épaules, à cause des démangeaisons et du froid. Quand je m’en étais rendue compte, c’était trop tard, le maquillage avait commencé à partir. J’essayais de rattraper ça comme je pouvais avant de retourner vers le buffet. J’avais envie de me planquer dans un coin et ne plus en bouger. La photographe discutait avec Mme O’Reilly, pendant ce temps elle ne posait pas de problèmes, tant mieux. Je prenais deux coupes sur la table, et allais en porter une à mon ancien instructeur, délaissé des femmes.

    - Parce que tu ne peux pas toujours picoler au whisky… Cuvée entrepôt 2010, le meilleur cru depuis 4 ans. A la tienne…

    Le choc des deux verres se matérialisa en une petite clochette à peine audible dans le brouhaha ambiant.

_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Finlay Reynolds

Garde non gradé / Meilleur joueur épisodes 3 et 4


. Nombre de messages : 562
. Doublons : Don Higgins.
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 33 ans
Localisation : Niveau 1
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Dim 27 Fév - 14:12

    Dans mon post: Evelyne, Keller, Sekhmet, Kramer.

    Bien, j'étais parvenu à un accord avec mademoiselle Darkfall mais je me retrouvais à présent débordé par la quantité incommensurable de pellicules...Finalement j'étais plus embarrassé qu'autre chose. Marquant un temps d'arrêt devant la montagne noire qui s'élevait dans la paume de ma main, je jetais un regard las vers la jeune femme qui me tournait à présent le dos. Elle préférait sa solitude à ma charmante compagnie, coup dur pour mon ego de mâle dominant. Sentant le ridicule de la situation dans lequel je venais de m'empêtrer, je m'empressais de ramasser les pellicules dans les diverses poches de ma veste. Je remerciais intérieurement ma défunte femme pour avoir su m'offrir un vêtement de qualité et somme toute pratique.

    Je déposais mon verre sur la table du buffet et me baissais afin de récupérer une pellicule que j'avais maladroitement laissé choir. Non contente de me faire passer pour un con, il fallait que cette garce de pellicule roule sous ledit buffet. Je poussais un long soupir, me voyant déjà à quatre pattes sous le regard incongru d'une minorité d'invités. Dans ce genre de situation, il y avait toujours des personnes pour souligner avec justesse votre sottise sans équivoque. Prenant mon courage à deux mains, ou plutôt essayant de paraître le moins nigaud possible, je soulevais la nappe immaculée et découvrais l'objet de ma convoitise. Je tendais une main vengeresse et l'empoignais violemment. J'avais comme la désagréable sensation qu'on m'épiait et que cette foutue pellicule me narguait. Si elle avait pu rire, je crois qu'elle l'aurait fait:

    " Bordel de merde...lâchais-je lorsque ma tête heurta le montant de la table. "

    Ne jamais confondre vitesse et précipitation. Je venais d'en avoir la preuve cuisante. Après avoir étouffé un autre juron, je me relevais tant bien que mal, une main malaxant l'arrière de mon crâne avec vélocité. Mon regard cherchait déjà l'instigatrice de tout cela et je la retrouvais non loin de là, à épier le couple Keller: Evelyne Darkfall.

    * C'est brûlé que je devrais lui rendre ces maudites pellicules. *

    Une idée comme une autre sous le coup de la colère et très certainement, de la honte. Apparemment, mon petit manège était passé inaperçu. Enfin c'est ce que j'espérais au plus profond de moi. Je n'avais pas pour habitude que l'on se moque de ma personne. A vrai dire je détestais cela. Mais je devais bien me l'avouer, je venais de fournir une sacrée justification. Je réajustais ma chevelure avec soin, époussetais mon pantalon et comme si de rien était, pris un autre verre de martini. A la CIA, on se plantait avec classe ! Le visage impassible, je repris mon activité première, à savoir la surveillance. La tâche rouge qui répondait au nom de Kramer se tenait toujours près du Big Boss. Il me semblait que quelque chose n'allait pas. Une altercation ? Au vu du regard que lançait Keller et de sa posture, il était évident que quelque chose clochait. Kramer répondit aussi sec en s'arrachant à sa prise. Ouais, ça sentait le roussi. Devais-je intervenir ? Non pas vraiment mon rayon. Les pellicules me paraissaient beaucoup plus attirantes pour le coup.

    Je bus d'une traite mon martini gobant l'olive par la même occasion. Je m'apprêtais à reposer le verre sur la table lorsque mon regard croisa celui de Sekhmet. Elle était là, séparée de moi par de nombreux habitants du complexe. Malgré tout cela, je pouvais sentir toute l'intensité de son regard. M'avait-elle vu en train de jouer les héros sous la table ?

    * Putain Fin' t'en rates pas une... *


    Elle détourna aussitôt les yeux, preuve de sa culpabilité. C'était indéniable, je venais de passer pour un idiot. Je sentais la honte sourdre par chacun de mes pores. Le ridicule ne tue pas mais il n'exclue pas la honte. Et en ce moment même j'éprouvais un certain malaise à la savoir à quelques mètres de moi. En plus, dans cette robe magnifique qui soulignait ses formes parfaites, ce corps emprunt d'une sensualité divine qui m'appelait à m'en remettre tout entier aux déités de la luxure...

    * Arrêtes le martini mon vieux. *

    Je fermais les yeux un moment, recadrant mes pensées à des choses plus formelles. L'alcool commençait à faire son effet. Il était temps pour moi de manger un morceau sans quoi, je ne donnais pas cher de ma peau.

    " Parce que tu ne peux pas toujours picoler au whisky…Cuvée entrepôt 2010, le meilleur cru depuis 4 ans. A la tienne…"

    Merde, cette voix ! Je me désistais du buffet et tombais nez à nez avec une coupe de champagne. Accrochant un sourire aimable sur mes lèvres, j'avisais Kramer qui ne semblait pas vraiment à son aise, elle non plus. De quoi amoindrir quelque peu ma peine. La première gorgée me racla tout le palais et la gorge. Je n'aimais pas vraiment le champagne. Trop délicat pour mon palais d'Irlandais. Il me fallait du brut de décoffrage. Le martini était un bon substitut mais pas le champagne. De bonne grâce, j'essayais de faire bonne figure, mais la deuxième gorgée fut celle de trop.

    " Désolé Kramer mais même avec le meilleur cru, le champagne n'est pas fait pour moi.
    Je déposais le verre à moitié vide sur la table et pris un toast au saumon.
    Comment se déroule ce début de soirée pour vous ?
    Une bouchée plus tard, je m'essuyais le coin des lèvres et rajoutais dans un sourire.
    J'ai comme l'impression que vous et moi, on est pas fait pour les soirées mondaines. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
RoseOD VIP

VIP / Fondatrice d'Eternalis


. Nombre de messages : 4728
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 32 ans
Localisation :
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Mer 9 Mar - 7:19

Dans mon post : Finou, David, Anton

    - Tu me connais, en dehors d'un champ de bataille, y a pas grand chose qui me met à l'aise... Surtout dans cette tenue...

    J’avais dit ça en soupirant profondément, sans cacher que j’étais présente sous la contrainte. Bon sang, mais où étaient Anton et Léo ? J’avais dit à Léo de rester à distance de moi, mais pas d’éviter le bal. J’avais l’impression que tous les yeux étaient braqués sur moi depuis que j’étais arrivée. J’avais même remarqué le regard de Bolen quelques minutes auparavant. Si même elle bloquait sur moi, ca ne me disait rien qui vaille. Et puis, l’altercation que je venais d’avoir avec Keller n’avait pas à avoir lieu en public. Je n’osais même plus regarder dans sa direction. J’étais décidé à l’éviter toute la soirée. D’abord parce que lui parler encore n’amènerait rien de bon. Ensuite parce que le voir avec sa pimbèche me donner envie de vomir. C’était leur monde, ça. La musique et le champagne. A l’armée on était plutôt à la bière. Enfin, sauf quand l’instructeur était irlandais, là on apprenait à boire le whiskey avant d’apprendre à mettre son œil dans un viseur. Fin’ avait beau être à surveiller désormais, j’avais quand même de sacrés souvenirs de cette époque.

    - Je suis certaine que ce n’est pas la première fois que je bois du champagne, mais je suis incapable de me souvenir de quand ca date… Au cours d’une réception officielle quelconque surement… Ce n’est pas notre monde, ni à toi, ni à moi. Alors qu’est ce qu’on fout là ?

    Je finissais ma coupe et posais le verre vide sur la table. Non, ce n’était pas mon monde, c’était le sien… Le sien et celui d’Alia. L’image de ce couple si à l’aise qui avait pénétré la grand place avec de larges sourires me restait dans la tête sans que je puisse m’en défaire. Oh oui, il était vraiment tant que je démissionne. Sans m’en rendre compte, j’avais recommencé à me gratter les bras tandis que mes yeux s’étaient tournés un instant vers mon directeur. Il n’avait pas bougé.

    Ca suffit, Avery, c’est à Emily de s’en occuper, ce n’est plus ton problème.

    - D’après toi, quand on a appris à se saouler avec un Irlandais, faut combien de verres avant d’être raide au champagne ? Excuses-moi une minute…

    Je relevais ma jupe pour attraper le talkie que j’avais fixé à mon mollet gauche. Bah oui, sur le droit, y avait mon arme. Je le branchais sur le canal d’Anton.

    - Anton, qu’est ce que tu fous ? je me ridiculise et t’es pas là pour voir le spectacle, t’exagère. Soit tu te pointes avec Léo, soit je me casse. Grouilles toi !

    Je rangeais ensuite mon talkie sans attendre de réponse. De toute façon, s’il y en avait une, il y avait de fortes chances pour qu’elle ne me plaise pas. J'avais intéret à lui dire pour ma démission avant que David ne s'en charge? Mais je voulais le faire de vive voix. Pour le moment, je préférais reprendre ma conversation avec Finlay.

    - Je suis obligée de rester là, pendant que Monseigneur est planqué au niveau 3. Et c’est ça un leader ? Laisses-moi rire… Les flics… Ils n’auront jamais la rigueur des militaires…

_________________
© Moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=1841828
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Jeu 10 Mar - 6:03

Dans mon post : Logan

    Une voix d’homme dans mon dos… Hogan ? Enfin ? Je me retournais et découvrais Logan. J’étais heureuse de le voir, mais là c’était du maire dont j’avais besoin. Au moins, j’avais mon cavalier. Il était très élégant dans ce costume. J’avais beaucoup de chance. Je ne pouvais m’empêcher de sourire, mais pas autant que je l’aurais voulu. Malheureusement, j’avais du mal cacher ma déception, si relative soit-elle, et Logan l’avait bien vu.

    - Excusez-moi, Logan. J’espérais voir arriver notre maire. Je me demande où il est passé. Même Emily ne le sait pas.

    Je soupirais légèrement. Tant pis pour le maire, que le conseil se débrouille. Je me redressais et retrouvais mon plus beau sourire. Je sentais que la soirée allait être inoubliable. J’avais l’impression d’être dans un film de Disney. De la musique, un bal, un prince charmant et de l’amour dans l’air. Ce soir, j’étais la femme la plus heureuse d’Eternalis.

    - Mais j’apprécie beaucoup de voir mon beau chevalier. Il ne vous manque que le cheval et le champagne. Vous êtes un vrai prince charmant dans ce costume.

    Je ne vis qu’après coup les deux coupes qu’il tenait dans ses mains. Quelle délicate attention, il avait tout prévu. Je me sentais choyée… Choyée et charmée… Je pourrais passer des heures à lui chercher des défauts sans jamais en trouver aucun.

    - Ah bah il ne manque que le cheval en fait… Logan, vous me gâtez beaucoup trop ce soir.

    Il me tendit une des coupes que je prenais accompagné d’un Merci des plus sincères. J’aurais presque fait une révérence pour rester dans le ton des circonstances, mais ça aurait fait un peu trop quand même… Les verres s’entrechoquèrent, et je portais le mien à ma bouche…

    - Hum… Un vrai délice

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alia VIP

VIP / Ex-admin en chef


. Nombre de messages : 2027
. Doublons : --
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 36 ans
Localisation : Dans l'ascenseur privé
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Jeu 10 Mar - 9:10

David, Avery

“Tu es plus jolie qu’elle”
Ces simples mots attentionnés et délicats me firent remonter la bile dans la gorge. Croyait-il donc que j’étais idiote à ce point ? Que je ne me rendais compte de rien ?
Certes, il savait parfaitement maintenir les apparences, mais je le connaissais depuis des années... Des années où il me faisait confiance et où j’avais appris à tout reconnaître dans ses attitudes.
Il préférait me mentir et faire comme si de rien n’était ? Et bien je savais le faire moi aussi. Et plutôt bien ! Je plaquais donc un sourire ravi sur mon visage en serrant sa main.

Maudite Kramer, elle faisait tout pour me pourrir la vie... J’aurais préféré pouvoir l’éviter, mais pour ce soir c’était raté, elle avançait droit sur nous. On pouvait même dire qu’elle fonçait comme une furie.
Le rouge sur ses joues contrastait avec la pâleur inhabituelle de son visage. Elle n’avait pas l’air dans son assiette et je devais bien dire que j’aimais assez ça : un sourire non feint apparut sur mon visage. Et disparut dans la seconde lorsqu’elle m’adressa la parole... La voilà qui s'enquérait de ma santé... Comme si quelqu’un pouvait encore s’imaginer qu’elle en avait quelque chose à faire.
Je pouvais au moins lui reconnaître ça, elle aussi cachait bien son jeu, on y croirait presque. Poliment je fis l’effort de la remercier de son intérêt.

Je savais qu'ils avaient des choses à gérer ensemble, même si David ne voulait pas m'expliquer, qu'ils se voyaient souvent pour on ne sait quoi faire, mais tout de même, il y avait des limites ! Je ne supportais de la voir poser ses pattes sur MON mari.
En me mordant les lèvres pour ne pas faire un scandale devant tout le monde, je regardais autour de moi pour voir qui était présent. Mais je regardais sans rien voir, concentrée sur ce qu’ils se disaient pour essayer de comprendre quelques mots. Je voulais juste ne plus voir ça, me détourner de cette scène insupportable : David qui la laissait lui chuchoter je ne sais quoi à l’oreille... C’est fou comme subitement on peut devenir invisible alors qu’on était la plus belle quelques minutes auparavant...
Comme si il ne s’était pas tendu à son approche, comme si il ne s’était pas écarté légèrement de moi pendant qu’elle lui parlait. Moi je n’avais le droit qu’à un baiser sur la tête et un "je reviens" lancé par-dessus son épaule alors qu’il la cherchait déjà. En ne me laissant même pas le temps d’ouvrir la bouche pour le dissuader. Et il croyait que j’allais l’attendre ici, sans rien dire et sans bouger ? Il le savait bien, j’étais trop bien élevée pour une dispute en public, qu’importe… Je bouderais !
En tournant les talons je me dirigeais d’un pas décidé dans la direction opposée, vers le bar. Il allait me falloir un sacré remontant pour tenir toute la soirée après ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liam O'Connell

Barman au night club


. Nombre de messages : 262
. Doublons : /
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 22 ans
Localisation : Night Club
Relations :

MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   Ven 11 Mar - 4:05

Dedans : Finlay Reynolds & Avery Kramer

Ah bah oui il était en retard. Pourtant, Liam s'était juré d'arriver à l'heure au moins une fois dans sa vie ce soir là. Le jeune homme avait pourtant tout préparé à l'avance : les fringues, le parfum, il avait même mangé un peu en avance histoire d'être là au début de la soirée. C'était un reste de pizza qu'il avait lui même mitonné, elle avait pas vraiment un goût de pizza mais au moins il s'était nourri.
Il était parti un peu retard certes, mais ce n'était pas ça qui lui avait fait manqué le début de la soiré. Le ventre plein, il ne lui restait plus qu'à passer au Night Club pour fermer le bar. C'était là qu'il avait perdu du temps en fait. Il avait croisé un gars qu'il connaissait à peine mais qui venait régulièrement au Club. Liam ne se souvenait même pas de son nom, il n'avait pas du tout envie de lui parler, mais comme il n'avait pas non plus l'envie de désappointer ce type, il l'écouta parler jusqu'au bout. Il en avait des choses à dire le bougre, il était bien malheureux dans Eternalis. Ce fut seulement au bout d'un quart d'heure que le gus libéra Liam, le jeune homme pensait qu'il arrivait tout de même à l'heure malgré ce contre temps. Il fallait croire que non.

Liam fixa sa montre un instant et comprit qu'il aurait dû partir plus tôt de chez lui. Cela avait beau être une soirée pour tout le monde, il se demandait s'il avait sa place ici. Il avait l'habitude de s'immiscer à l'improviste dans toutes sortes de soirée, ce bal là ne ferait pas exception. C'était toujours d'excellents endroits pour flirter ou faire des rencontres. Liam pensait que bientôt, il aurait vu toute les filles d'Eternalis et cette simple pensée le terrassait, lui qui aimait voir de nouvelles têtes.

Il gagna rapidement l'endroit ou se déroulait la fête, vu l'état des buffets, il constata de nouveau qu'il avait bel et bien manqué l'ouverture de la soirée. Il se retourna pour vérifier que le garde ne l'avait pas suivi. Apparemment non, il était désormais sain et sauf à l'intérieur, il se détendit et sourit encore une fois. Il entama alors une collecte de petits canapés à grignoter.
Des gens servaient de la sangria. Les yeux de Liam s'illuminèrent et il se dépêcha d'aller récupérer le doux breuvage. De la bonne bouffe et de quoi boire : voilà une soirée qui s'annonçait bien. Une fois tout ceci en sa possession, il alla s'adosser à un mur et en profita pour faire un repérage. Très honnêtement, il y avait de quoi faire ! Pour sûr il y avait de charmantes demoiselles en décolletés, bien évidement la plupart d'entre-elles étaient accompagnées. Il s'agissait bien d'un bal, donc de venir avec un cavalier ou une cavalière. Liam n'avait pas respecté la règle et se disait qu'il trouverait une cavalière sur place. Il fallait donc rechercher les jeunes filles isolées ou non accompagnés et tout de suite ce n'était plus le même niveau de difficulté. La salle était quasiment pleine, le champ de vision était réduit. Beaucoup de filles seules étaient des laiderons, les autres étaient cachées dans la foule.
Allez courage ! Ça ne va pas se faire tout seul, il faut partir à la chasse. Avant de partir, Liam se donna des forces et demanda à ce qu'on remplisse de nouveau son verre qu'il but d'un trait. Avec un peu de chance il serait euphorique assez rapidement, ça l'aiderait à aborder les filles et ça lui donnerait une excuse au cas ou les choses tourneraient mal.


 « Mais quelle musique pourrie...»

Il quitta les récipients de sangria pour se diriger vers le milieu de la foule : de là il aurait une vue stratégique. Par le même occasion il essayait de voir s'il repérait des gens de sa connaissance. C'était difficile à dire, il y en avait plein qu'il n'avait jamais vu habillé comme ça. Il croisa deux ou trois jolies filles... qui n'étaient pas seules. Liam ne perdait pas espoir et continuait sa petite promenade. Il reconnut au loin son ami Finlay Reynolds qui avait définitivement l'air occupé. À ses côtés une rousse... Déjà vu quelque part mais ou ? Liam hésita à rejoindre son collègue, ce n'était peut-être pas le moment de le déranger à en voir sa tête. Cependant, il n'avait pas l'intention non plus de rester seul toute la soirée. A priori c'était une mauvaise soirée pour trouver de la demoiselle célibataire. Le jeune homme s'y attendait après tout, c'était un endroit assez chic qui n'avait rien à avoir avec les fêtes d'étudiants dans lesquelles Liam s'incrustait. D'ailleurs, il avait beau regarder autour de lui, il avait vraiment l'impression d'être le seul de son âge et d'être un parfait intrus là dedans. C'était trop pour regretter et puis de toute façon, il restait la sangria et les canapés au cas ou : si jamais il s'ennuyait à mourir, il ferait en sorte de finir complètement bourré pour mieux apprécier la soirée.

Allez tant pis s'il dérangeait la conversation entre Finlay et son interlocutrice. Il s'avança lentement pour constater que l'alcool faisait déjà effet. Tant mieux il adorait cette sensation : là tout de suite il n'était pas ivre, il était très joyeux, sans doute son moment préféré lors d'une soirée.


 « Hé salut vieux copain Leprechaun ! Tu vas bien ? Mademoiselle, enchanté...»

Encore plus jolie de près la rouquine. Il aura fallut ça pour la reconnaître : Avery Kramer. À ce moment là il regretta son salut bien trop élaboré pour elle, Avery ne supporterait sans doute pas d'être appelé ainsi. Ça lui revenait maintenant, il l'avait même croisé plusieurs fois à son comptoir et même ailleurs. C'était devenue une figure emblématique d'Eternalis même. Avec ce qu'il venait de dire, il savait à quoi s'attendre comme réaction, Liam espérait juste que la présence de Finlay rendre la chose moins désagréable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 1.05 [25/06] Que la fete commence   

Revenir en haut Aller en bas
 

1.05 [25/06] Que la fete commence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternalis, le défi de la science :: L'Enfer de la Science :: Niveau 2 :: La Grand Place-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit