RPG Post-Apocalyptique / City. Venez percer les secrets d'Eternalis...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [25/06] 1.03 Reveil tendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: [25/06] 1.03 Reveil tendu   Ven 11 Déc - 3:47

    Jordan Delisson
Je n'avais pas très bien dormit cette nuit, aujourd'hui j'allais revois Cameron, attention, non pas que ça me déplaise de revoir ma sœur mais cela faisait pas mal de temps que nous ne nous étions pas revus, j'avais même du mal à mettre une date sur notre dernière rencontre. J'avais du mal à y croire, nous qui étions si proche étant jeune, ne passant pas une journée sans se voir pour parler de tout et de rien. Nous en étions à un stade où nous étions presque des étrangères l'une pour l'autre. Pourtant, aujourd'hui était un grand jour pour Cameron, elle devait commencer sa campagne, enfin, Je le pensais, Je n'en étais pas vraiment sur pourtant. Quoi qu'il en soit avec Julian on avaient pris la décision d'aller la soutenir, de l'encourager. Mais bizarrement j'avais peur, ridicule n'est ce pas.

Ma peur bien qu'irrationnel avait un sujet que je connaissais parfaitement et je vivais avec la peur que Cameron se rende compte de se que je ressentait pour Julian. Mon frère, ce mot me fit doucement sourire, amèrement sourire car pour moi il était bien plus que cela, il était l'homme de ma vie, depuis quatre ans maintenant j'en avait pris conscience. Je savais qu'il ressentait lui aussi quelques chose de fort pour moi même si je ne savais pas vraiment jusqu'où cela pouvait aller. Mais jusqu'à aujourd'hui, aucun de nous deux n'avaient fait le premier pas vers l'autre. La raison, toute simple, notre famille, en effet, bien que nous n'ayons aucun lien du sang, je vivais avec lui depuis mes 11 ans depuis le mariage de nos parents. C'est aussi la raison pour laquelle je n'osais rien dire à Cameron.

Et si j'avais peur d'aller la voir s'était tout simplement parce que généralement elle lisait en moi comme un livre ouvert et j'avais peur d'avoir un mot ou un geste envers Julian qui me trahirait. C'est à ce moment que mon réveil se mit à sonner, non pas une jolie musique, non, un bip suraigus qui me fit sursauter dans mon lit, je me rendit compte alors que j'étais un paquet de nerf ambulant à l'idée de revoir ma famille que j'aimais pourtant profondément. Je fermais les yeux un moment respirant profondément pour me contrôler car il était clair que mon angoisse était totalement déraisonnable. Je respirais ainsi pendant un long moment puis je me rendis compte que les bips résonnaient encore dans la pièce et allait surement réveiller mon colocataire.

Penser à lui me rendit tout de suite le sourire, je gardais les yeux fermer et l'imaginais allongé dans son lit dans la chambre juste à côté de la mienne, le plaisir que cela pourrait être de me réveiller au creux de ces bras et ... non non non, je ne devais surtout pas partir sur ce terrain qui pouvait se montrer très glissant et aujourd'hui n'était décidément pas le jour à me laisser gagner par de belles histoires qui étaient loin de pouvoir de réaliser dans l'immédiat et qui finalement me faisais bien plus de mal que de bien et cela même si les heures passé à penser à lui étais toujours douce et exquise.

Je poussais un soupir, je devais me lever, je ne pouvais pas passer ma matinée au lit à ruminé sur se que la vie m'avais enlever. Le bonheur simple de vivre une histoire avec Julian, sans avoir de compte à rendre à notre famille. Attention j'étais heureuse que notre famille sois ici avec nous en vie, mais cela me compliquait grandement la vie. Je me levais lentement, prenant tout mon temps pour des opérations qui étaient en général très rapide, mais que voulez-vous, je ne voulais pas y aller. Malgré tout je finis encore trop tôt par sortir de la salle de bain et même en prenant tout mon temps, j'étais encore en avance. Je grommelais tel une enfant de cinq ans qui n'obtiens pas ce qu'elle veut et je me dirigeais vers notre petite cuisine. Je fis couler un café et rangeais un peu la pièce en attendant avant de saisir une tasse que je venais de laver pour me servir ce précieux liquide qui allait peut-être me réveiller et me mettre de bonne humeur. Mais mes doigts glissèrent sur la porcelaine et alla se briser au sol. Je regardais un instant la tasse avec la subite envie de retourner me coucher. Si la journée commençais comme cela alors valait mieux la passer sous la couette.

Mais au lieu de ça, je me suis agenouillé pour ramasser les débris, et tout en me disant que je devais bien faire attention à ne pas me couper, mais j'avais la tête totalement ailleurs, perdu dans fantasme d'une relation pour le moment inexistante et dans la peur qu'un jour il rencontre une autre femme. Si bien qu'à un moment j'ai ressentit une violente douleur dans la main je la collait à ma poitrine en poussant un petit cris de douleur. Je pris une profonde inspiration puis je regardait ma main un peu bêtement , le sang qui commençait à couler lentement sur le sol, alors je me rendis compte que je m'étais enfoncé une écharde de porcelaine sous la peau. Je me redressais en me mordant la lèvre pour étouffé les petits gémissement de douleurs qui remontait dans ma gorge. Je mit ma main sous l'eau après avoir réussit à enlever le morceau de porcelaine qui s'était loger dans ma paume et cherchait des yeux un torchon.


- Mais où est se que j'ai posé se fichu torchon.

Tout à mon affaire de ne pas tombé dans les pommes à cause de la douleur et du sang et surtout de trouver de quoi essuyer le sang qui ne semblait pas vouloir s'arrêter de couler de la plaie. Si bien que je n'entendis ni la porte s'ouvrir, ni la personne qui s'approchait de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité



MessageSujet: Re: [25/06] 1.03 Reveil tendu   Lun 21 Déc - 7:25

    Julian Hallar

    Quand je me réveillais, il n’y avait pas un bruit dans l’appartement. Le calme plat… On aurait pu entendre une mouche voler si cet insecte existait encore. J’étais sorti de mon lit sans bailler. La nuit avait été excellente, j’avais dormi comme un bébé. C’était sur la pointe des pieds que j’étais sorti pour aller prendre une douche et m’habiller. Il était très tôt, mais je n’avais pas attendu Jordan avant d’aller dormir. J’allais doucement ouvrir la porte de sa chambre… Elle dormait toujours… Si belle dans cette pièce. La lueur en provenance du couloir faisait briller ses cheveux comme une comète dans la nuit noire. Elle était si paisible que je ne voulais pas la réveiller. Je refermais la porte et sortais discrètement de l’appartement pour aller jusqu’à la cafétéria.

    Dans les couloirs d’Eternalis, je marchais d’un pas assuré, pour être certain d’être de retour avec du café chaud pour réveiller ma belle. Elle devait être aussi nerveuse que moi, voir plus en sachant que Cameron jouait en ce moment son avenir dans Eternalis. Nous étions tous les deux très fiers d’elle. Je n’avais pas vu Cam’ depuis un moment, j’avais eu des nouvelles par Castiel, mais rien de précis. On allait à nouveau être tous les trois, comme au bon vieux temps. Frère et sœurs, ensemble. Il fallait s’attendre à voir Cristine et Papa également. On serait tous réunit. Toute cette famille… Tous ceux qui nous empêchaient avec Jordan de vivre notre vie comme on le voudrait. J’arrivais à la cafétéria complètement perdu dans mes pensées. En entrant, je bousculais un garde puis un 2e, avant de me ressaisir. Au bar je commandais 2 cafés à emporter et retournais voir si Jordan dormait toujours…

    J’imaginais déjà la scène de la voir se réveiller doucement, et voir son premier sourire de la journée en voyant le café. Malheureusement, ca avait raté. En entrant dans l’appartement j’entendais du bruit dans la salle de bains. J’y trouvais Jordan en pleine recherche de torchon…

    - Dis donc, Frangine, je peux pas te laisser quelques minutes sans que ce soit la pagaille… Viens par là.

    J’emmenais Jordan dans le salon, posais les cafés sur la table basse et allais chercher un torchon dans la commode. Doucement, j’essuyais la plaie sur sa main…

    - C’est de revoir Cam’ qui te rend si nerveuse ? Détend toi, ca va bien se passer pour elle.

    Le sang s’arrêta de couler. Je tendis son café à la demoiselle. J’aurais du revenir plus vite, elle ne serait pas blessée. Je m’en voulais là. J’allais rapidement essuyer les dégâts avant de revenir m’asseoir à coté d’elle, mon gobelet dans la main.

    - J’aurais peut être du t’apporter une tisane plutôt… C’est pas le café qui va te calmer…
Revenir en haut Aller en bas
 

[25/06] 1.03 Reveil tendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternalis, le défi de la science :: L'Enfer de la Science :: Niveau 3 :: Les quartiers des employés :: Appartement Hallar-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit