RPG Post-Apocalyptique / City. Venez percer les secrets d'Eternalis...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Tania Genelic

Garde non gradée


. Nombre de messages : 57
. Doublons : //
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 25 ans
Localisation : ...
Relations :

MessageSujet: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Jeu 19 Juil - 16:19

>>> Les couloirs du niveau 2


Je le vois réfléchir, je le vois se poser des questions, je le vois 'interroger sur mon compte. Il me prend pour une débile. Enfin, ce n'est pas tout à fait le terme. Un extraterrestre sans doute. Je ne comprends pas les humains, c'est ainsi. Oui, il y a moi et eux. Eux, c'est les humains. Et moi ? Un robot ? Une humaine fêlée ? Je ne sais pas qui je suis, mais cela ne m'empêche pas de respirer, de bouger et d'agir. Alors oui je pose des questions simples car souvent les humains se compliquent l'existence avec des non dits. Il a donc trop bu. Merveilleux. Un alcoolique ! Quel intérêt de boire ?

Boire n'est pas une solution, c'est un problème.

Oui, mon monde est fait de noir et de blanc. Mais en aucun cas de gris. Il me dit avoir la gueule de bois alors mes suppositions vont vite. Il boit souvent, il se met souvent dans ses états là, gueule de bois. Donc il a un problème et plutôt que de faire face, il le nie en buvant. Un mec à problème en somme. Donc un homme à surveiller. Est ce que toutes les personnes que je vois boire ont un problème ? Oui, c'est ainsi que je le perçois. Boire ne sert à rien à part à se mettre la tête à l'envers. Ridicule. De plus on perd ses moyens, ses aptitudes physiques et on fait souvent des choses que l'on regrette le lendemain, voir que l'on a oublié ! D'où des tonnes de procès ensuite ... Navrant.

Je n'ai pas envie de le questionner plus avant, mais si je le fais peut être que j'éviterais un drame ? Oui, je ne vois pas en face de moi un homme, un humain ou un possible frère ? Mari ? Ou autre ... Non, je vois un problème. Alors je continue.

Pourquoi avoir bu ?

Voilà, une bonne question. Pourquoi ? Pourquoi s’enivrer jusqu'à se mettre dans un état pareil ?

Vous seriez mieux dans votre lit vous savez ?

Et le problème serait ainsi réglé. Il n'y aurait plus de problème vu qu'il serait dans ses quartiers ... Et loin de moi. Je n'étais pas près de l'admettre, mais il me troublait comme ma mère adoptive. Quand je suis en présence de ma mère et que je la vois pleurer, j'ai mal. J'ai mal dans ma poitrine et je ne sais pas pourquoi. Cela me gène. Et quand je suis devant cet homme, ce Genelic, je suis troublée. Car je sais que je ne veux pas être à ses côtés, mais ce n'est pas une pensée rationnelle. Alors je me force à l'affronter pour me prouver que je suis plus forte que lui. Que ce trouble qui me gagne. Je reste donc aussi froide que je le suis en toute circonstance. J'hausse les épaules quand il m'explique qu'il va manger. Il n'aurait pas bu, il n'aurait pas besoin de tout cela. Les humains ... Je reste devant la porte quand il me l'ouvre et j'attends. Sauf qu'à priori, c'est à moi de passer. Je fronce les sourcils et je regarde la porte comme si elle allait m'avaler toute crue. Je ne passe jamais la première, toujours la dernière ! On couvre toujours ses arrières ! Pour je ne sais quelle raison je lève les yeux derrière moi et j'aperçois une caméra. Nous sommes toujours sous surveillance de toute façon. Cela ne me gêne absolument pas. Mais quand est il pour les autres ? Je baisse mon visage pour le regarder lui. Non, nous sommes vraiment très différents. Nous n'avons vraiment rien avoir l'un et l'autre. Je finis par passer, le dos raide et comme convenu je vais m'asseoir dos au mur cette fois ci pour bien voir toute la pièce et dehors. J'attends qu'il s’assoit à son tour pour répondre à sa question.

Ma soirée était comme toutes les autres. Routinière

La routine ? Tout ce beau bordel ? Cela l'était pour moi. Car pour moi, ce n'était qu'un travail. Je n'avais ressenti aucune adrénaline à effectuer ma tâche. J'avais juste agit. Froidement, Impeccablement. Sans bavure. Le troupeau avait du regagner son bercail et le came était revenu. Voilà ce qu'il était passé hier soir. Mais sans m'en rendre compte, je regardais un peu plus les personnes que je croisais. J'essayais de voir en eux un comportement qui me ferait douteux sur eux. Comme ce Kyle Genelic en face de moi. Je me passerais bien de boire un verre avec lui. Mais avais je le choix ? Oui, bien sûr. Mais il me semblait suspect ...

Et vous ? Vous faites quoi dans la vie ?

La question était idiote car j'avais bien sûr lu son dossier. Du moins la partie auquel j'avais pu accéder sans éveiller les soupçons. Je n'étais pas quelqu'un de curieuse et je ne voulais absolument rien savoir de lui. Mais tout de même, deux Genelic, est ce normal ? Je n'avais rien demandé à mon père et à ma mère, je ne voulais pas les blesser. Mais ... Qui était il ?

Et à travers cette question, il n'y en avait qu'une seule de vraie ... Qui suis je ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Genelic

Serveur cafète niv 2 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 466
. Doublons : Raphael McGregor; Cole Aterman, Новак Душановић
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 25 ans
Localisation : Dans les couloirs du niveau 2
Relations :

MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Jeu 9 Aoû - 23:50

Mais qu'est-ce qu'elle me fait là? Je sais bien que c'est un problème, mais c'est pas comme si j'étais alcoolique! Je dois avoir la réputation du mec le plus cool et serein depuis la Catastrophe. Ouais bon, j'exagère! Comme quoi, on a beau être dans un lieu confiné, croiser les mêmes personnes pendant quatre ans, on ne se connaît pas.

- D'habitude je ne bois pas, ou alors juste un verre avec les collègues après le boulot...

Mais pourquoi POURQUOI je me justifie? Je ne lui dois rien! Il n'empêche qu'avec son patronyme, j'ai l'impression d'avoir un lien, même ténu, quasi-inexistant, avec elle. Et au fond de moi, j'ai pas envie qu'elle pense que je suis un sale type, un soulard, un délinquant, parce que si on est de la même famille, ça ferait mauvais effet, ou je ne sais quoi. Bref, je me torture l'esprit tout ça parce qu'elle a le malheur de porter le même nom que moi! Mais à quoi je me raccroche? J'ai eu l'habitude d'avoir une famille en miette, puis plus de famille, et depuis mon réveil à la clinique Keller, je suis un homme nouveau, satisfait de ma vie.
Mais putain pourquoi je serai satisfait de vivre dans une putain de bulle? C'est quoi mon problème?

Ouais, même avec la gueule de bois, je me pose mille question. Mais c'est parce que Tania est devant moi, là, et que je la vois distante, froide, comme si elle s'en moquait que le monde soit mort. Est-ce qu'elle au aussi eu une enfance traumatisante?
Et je continue sur l'histoire de la boisson.

- C'était normalement juste histoire de boire un verre, de me détendre.... Je sais que c'est un problème, j'en ai assez eu avec mon père... enfin, pour ce que je me souviens de lui!

Je sors un peu de mes gonds. Ma relation avec l'alcool est ambivalente. J'ai été battu par mon père, alcoolique, et j'ai moi même été un adolescent violent et alcoolique. Je déteste l'alcool et la violence. Mais je bois un verre de temps en temps, avec les collègues et c'est vrai que ça détend, enfin peut-être... c'est juste l'atmosphère sociale. Je ne bois jamais seul, quoi. Encore une fois, je lui dois rien, à cette fille. Mais je suis tellement obnubilé par ce possible lien que je passe outre mes réserves... et probablement outre SES réserves aussi.

Je fais l'impasse sur la question du lit. A la place, nous entrons dans la cafète et je lui demande comment était sa soirée, bien que je me doute de la réponse, puis je m'assieds avec mon plateau alors qu'elle s'adosse au mur. Professionnelle jusqu'au bout des ongles. A croire qu'elle ne connaît qu'un seul mode de fonctionnement: le travail. Et qu'elle ne connaît pas les mots pause et détente.
Et voilà qu'elle me demande ce que je fais dans la vie alors qu'elle le sait bien. Tout le monde sait que je suis serveur ici vu que tout le monde ou presque vient ici. J'ai dû servir à peu près tous les habitants du complexe, depuis le temps. Et s'ils ne savent pas que je m'appelle Kyle, ils savent que je suis l'un des types de la resto, peut-être aussi que je traine pas mal avec Ciaran et Liam, d'autres types de la resto ou du moins du service.

Peut-être est-elle curieuse, elle aussi. Peut-être qu'elle se pose la même question que moi: qui est-elle. Et par là même, qui suis-je?

- Je suis serveur ici. C'est un boulot sympa, on voit des tas de gens, on leur parle succinctement...

Bref, on n'a pas de relation approfondie avec eux, et c'est ce qu'il me faut. Je déteste les relations approfondie, parce qu'on en vient toujours à en vouloir plus de l'autre. D'où tu viens, quelle a été ton enfance, dans quelle école tu as été, est-ce que t'as toujours voulu être serveur, avais-tu des frères et sœurs? Et je ne voulais pas y penser. La réponse était simple: enfance de merde, et je me souviens plus. Mais là, ces questions, j'ai envie de les lui poser à elle, alors que je les ai jamais JAMAIS posées à qui que ce soit. C'est bien à cause de ce caractère là que mes relations amoureuses n'ont jamais duré très longtemps. Quelque part ça me mine parce que je reste seul, mais d'autre part, ça me rassure, parce que je n'ai pas tellement à y penser.

Mais c'est un leurre. Parce que j'y pense sans arrêt. Depuis que j'ai rencontré Tania et que j'ai appris qu'elle avait le même nom que moi.

- Et vous, vous avez toujours voulu être garde, où vous rêviez d'un autre truc avant...?

Là, je me demande si c'est pas un peu direct, mais il n'y a pas trente six façons, cette fille est une vraie anguille et je n'aurais peut-être pas d'autres occasions de lui parler avant longtemps.

- Vous savez...

Et là, je décide de me dévoiler un peu. Je suis un peu hésitant... mais il faut bien que je trouve quelque chose que nous ayons en commun, et jusqu'ici, le seul truc qu'on a en commun, en dehors du nom, c'est Keller. Alors je me force.

- Je dois ma vie au docteur Keller. J'étais une épave avant de me réveiller dans sa clinique à San Francisco.

_________________

avatar & signo by Raph/Kyle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tania Genelic

Garde non gradée


. Nombre de messages : 57
. Doublons : //
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 25 ans
Localisation : ...
Relations :

MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Mar 21 Aoû - 19:49

Et voilà, il se justifie. On se justifie quand on a un problème. Il a beau me dire que non, je c'est déjà que c'est le contraire. Je ferais un rapport sur lui signifiant son alcoolisme. Cela peut devenir vite un problème. Certaines personnes ont l'alcool gaie. Ils se mettent à chanter, danser, rire. Rien de bien méchant ou d'ingérable. Mais d'autres ont l'alcool mauvais. Et eux, ceux sont les pires ! Ils deviennent violent dans leurs paroles et leurs actes. Eux sont plus dures à raisonner et à calmer. Je le noterais donc en rentrant. Je dois faire mon job. C'est ainsi. Sauf que je saute sur des conclusions hâtives. Mais on ne me paye pas pour être psychologue. On me demande de noter tout ce que je peux trouver d'inhabituel chez les gens. Et avec les événements d'hier soir on ne va sans doute pas m'en vouloir de rajouter ce commentaire sur le dossier de Kyle. Car oui, nous avons tous un dossier. Et chaque personne a des accréditations pour voir plus loin dans le dossier. J'ai déjà tenté le dossier de Kyle. Mais je n'ai vu que le premier échelon. Quand au mien, je n'ai rien tenté. Pour la simple raison que je me sais surveillé autant que les autres. Mais contrairement, cela ne me gêne nullement. Je n'ai rien à cacher. Et voilà qu'il s'énerve quand il continue de parler de la boisson. Je fronce les sourcils, mais je ne dis rien. Je ne veux pas envenimer la situation. Mais mon froncement de sourcil, lui prouve clairement que je suis sur mes gardes avec lui. Je me contrefiche de l'histoire avec son père. Je ne sais pas cela. Tout ce que je vois, c'est qu'il s'énerve quand on parle de l'alcool. A quel merveilleux quiproquo. Malheureusement, avec moi, ceux sont des certitudes qu'il me donne. Plus il se justifiera, plus je mettrais d'étoile dans son penchant pour l'alcool ...

Votre père est mort à l'heure qu'il est.

... Quoi ? Je n'aurais pas du lui dire cela ? Ce n'est plus un enfant et il sait parfaitement que dehors, ils sont tous morts. Ici, nous sommes tous vivants. Je ne fais que dire une vérité, une réalité. Si il s'en offusque, tant pis pour lui. Je l'écoute brièvement me parler de son job. Je me moque de ce qu'il me raconte, mais c'est ce que font les gens quand ils boivent un verre ensemble. C'est ce que ma mère adoptive m'a appris. Souvent, je suis restée silencieuse à ses côtés pour boire un jus. Et souvent, elle a fait la conversation. Au bout de plusieurs mois, j'ai finit par lui poser une question. Une questions idiote, sur le temps. Je n'ai jamais vu plus beau sourire sur son visage. Alors je continue de lui parler, de temps en temps. J'agis donc ainsi avec Kyle. Sauf que je ne sais pas faire la conversation !

Vous ne leur parlez pas vraiment et eux non plus. C'est une perte de temps.

Sa question me surprend. Je ne m'y attendais pas. Alors je cligne des yeux plusieurs fois, bien droite sur mon siège. Que lui dire ? Que lui répondre ? Je n'ai aucune envie de lui parler, de lui parler de moi, de lui dire des choses personnelles. Cela ne le concerne en rien ! Alors pendant que je réfléchis, il reprend la parole et je reste muette face à lui à le dévisager. Je scrute ses yeux, sa mâchoire, ses mains. A quel jeu joue t'il ? Pourquoi me parle t'il de Keller ? Je suis encore plus raide qu'avant si cela est possible et je regarde vers la sortie. En cet instant, j'aimerais bien m'enfuir en courant. Lentement, je reviens vers lui et ses yeux. Qui est il ? Il s'est réveillé comme moi ? Mais qui était il avant ? Pourquoi ... Pourquoi s'appelle t'il Genelic ! Mes mains se crispent sur ma tasse et mon coeur bat trop vite. Je suis entrain de perdre du terrain et je ne sais pas où me raccrocher. Il me fait peur. Il me terrifie. Voilà la vérité. J'humidifie ma bouche et je ne surveille plus rien. Je suis perdue.

Il ... Il m'a sauvé la vie. Je dois tout à mon père. Je ... Je ne me souviens que de lui à mon réveil.

Je ne veux pas aller plus loin dans cette conversation. Rien de bon ne va en sortir. J'ai un très mauvais pressentiment. Je baisse ma garde et je contemple mon café. Je parle bas, comme si je me parlais à moi même.

Quand j'ai eu une arme dans la main, je savais comment m'en servir. La démonter, la nettoyer, la remonter. J'ai toujours sur où tirer sur une personne pour l'handicapé. Et je connais le combat à main nue. Je sais tout cela. C'est en moi. Mais ce que je ne sais pas, c'est qui je suis.

Je continue de regarder mon café, perdu dans mes pensées. Puis je relève la tête et je le vois lui. Je l'avais comme oublié alors je fronce les sourcils, montrant mon mécontentement. Je ne voulais pas parler de ce sujet. Je ne voulais pas montrer ma faiblesse. Alors il vaut mieux toujours attaquer que se défendre !

Votre alcoolisme est un problème. Je vais le signifier à mes supérieurs.

Oui, je sais parfaitement que dans le dossier de Kyle, il est noté que c'est un garçon charmant, sans problème. Mais je m'en moque ! Il veut me faire dire des choses que je ne veux pas. Alors il va payer pour cela. Sauf si il arrête maintenant ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Maitre du Jeu

Scénar Chef


. Nombre de messages : 205
. Doublons : en effet
. Type de rp : Scénar uniquement

MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Sam 3 Nov - 0:20

8h30


Les gens vont et viennent, comme chaque matin. Ils discutent, bien entendu. Ils ont entendu quelques rumeurs sur les événements de la veille. Certains préfèrent ne plus y penser, d'autres sont suspicieux ou inquiets.
En fait, ce jour ressemble presque à n'importe quel autre jour. Les employés retournent à leurs occupations, chacun fait ce qu'il fait d'habitude.
Ou presque.

Une forte détonation se fait entendre. Déflagration. Les murs tremblent et le sol semble trembler lui aussi. Dans la force de l'explosion, les portes de la cafétéria s'ouvrent violemment et un nuage de fumée envahit les lieux.
Des cris, des pas, le monde, d'abord abasourdi, commence à paniquer...

Que s'est-il passé, et d'où vient cette explosion?

La porte en verre ne résiste pas à la cohue et se brise, éparpillant ses morceaux sur le sol...

_________________
Avatar par Sophi@ sur Starlight Night
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Genelic

Serveur cafète niv 2 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 466
. Doublons : Raphael McGregor; Cole Aterman, Новак Душановић
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 25 ans
Localisation : Dans les couloirs du niveau 2
Relations :

MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Sam 3 Nov - 1:57

La conversation devient intéressante. Gênante, mais intéressante. Je ne sais pas trop comment m'y prendre avec elle, et je crois que personne ne le sait. Mais quelque chose au fond de moi réclame cette conversation, veut savoir. C'est peut-être finalement le seul truc qui me raccroche à quelque chose de... je ne sais pas. Peut-être parce que j'ai un passé trouble, un passé dont je ne me souviens pas vraiment. Alors je parle, je lui pose des questions. Elle reste distante, froide, elle doit se dire que je suis un alcoolique, avec ses questions. J'en ai vu d'autres. Mon père était un alcoolique, un vrai, un de ceux qui ne s'en sortent pas et tapent sur tout ce qui bouge dès qu'il manque un verre. Et en toute autre circonstances. J'en garde les marques sur mon corps. Je sais d'où elles viennent.

Mais quelque chose me dérange, et je ne sais pas ce que c'est. Parce qu'elle a le même nom. Parce que mes souvenirs forment un puzzle auquel il manque des pièces. De nombreuses pièces. Par exemple, je sais que j'ai été à l'école, que le toit de la maison était en ardoise. Mais je ne me souviens d'aucun camarade d'école, ni même du nom de ma rue. Ni même de ma ville.
Alors je lui parle de Keller, celui qui m'a sauvé la vie, et grâce à qui je me suis remis sur le droit chemin. Je lui doit une fière chandelle.

Et... contre toute attente, elle me parle de lui... et là, mon cœur se serre, je ne sais pas pourquoi. Parce qu'elle aussi, elle a une mémoire en miettes, et elle aussi a des automatisme d'une autre vie dont elle ne se souvient pas.
Et je me dis que nous avons forcément un lien! Même nom, même ville, et maintenant, l'amnésie! C'est complètement dingue, cette histoire! Et voilà qu'elle me reparle d'alcoolisme!

- Je ne suis pas alcoolique. Et vous savez pourquoi? Parce que boire une verre ne me fait rien, ne me donne pas envie d'en prendre un autre, ne me donne pas envie de m'y noyer. Je n'ai pas la main fébrile en pensant à ça. Et pourtant, je me souviens de l'avoir été! Enfin... je ne me souviens de presque rien avant mon réveil. Tout ce que je sais, c'est que mon père me battait comme plâtre, éteignait ses cigarettes sur mes bras, et me faisait dormir dans la cave quand il était de bonne humeur.

j'en ai mal au crâne. Je relève mes manches et lui montre les marques de brûlures sur mes bras. Des vieilles marques. je n'ai pas envie de lui raconter ma vie, mais j'en ai besoin, je ne sais pas pourquoi. En même temps, raconter ma vie ne prend que cinq minutes vu les maigres éléments que j'ai en ma possession!

- Je me souviens avoir été un gosse des rues, violent, qui participait à des combats clandestins. Et pourtant... pourtant... il manque quelque chose... le reste. Ma famille, mon école, mes amis? Ma ville, ma rue? Je n'ai aucun visage en tête. Tout ce que je sais, c'est que je suis heureux ici. Comment est-ce qu'on pourrait être heureux ici, hein?

Je soupire... elle n'a pas envie d'écouter ça, je le vois dans son regard... et elle n'a pas le temps de répondre autre chose que nous sommes comme soufflés par une détonation. Nos tasses de café se renversent et tombent au sol. Se brisent en contrebas. out autour, ça tremble. Je regarde partout, les gens se demandent ce qu'il se passe, alors que ça parait évident, vu la puissance de la déflagration. Quelqu'un a fait sauter quelque chose, probablement.
N'empêche que j'en reste sur le cul. Ce n'est pas la peur ou la panique qui me gagne, mais la surprise, l'incrédulité. J'en reste silencieux, sans savoir quoi dire, ni quoi faire. Vers l'entrée, on ne voit pas grand-chose... Je cligne des yeux... soudainement, je suis vachement dessoulé, là...

Et ma chaise, un peu branlante au début, cède. Et je me retrouve par terre, bien évidemment. Ouais, ça sent la journée de merde, là.

_________________

avatar & signo by Raph/Kyle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tania Genelic

Garde non gradée


. Nombre de messages : 57
. Doublons : //
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 25 ans
Localisation : ...
Relations :

MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Sam 3 Nov - 4:34

Il continue de me parler de son alcoolisme et je m'en moque. je l'ai déjà catalogué, à tort, je le sais bien, mais peu m'importe. C'est une manière pour moi de me protéger de lui et son nom : Genelic. Je ne l'écoute pas, car cela me semble inutile et je regarde ses bras sans montrer une once de surprise ou de dégoût. Ainsi est la vie non ? Il a eu un père violent comme bien d'autres personnes autour de lui. Et elles, est ce qu'elles en parlent ? Non. Alors pourquoi lui le fait il ? Pour se justifier et justifier son comportement. Tout bêtement. Donc c'est un homme violent. Voilà ce que je dois en conclure à priori. La suite de sa conversation est plus dérangeante, mais j'y trouve un écho. Le mien. Moi aussi j'ai des vagues souvenir. Je crois. D'une vie antérieure. Passée. Je devais être heureuse. Je crois. Mais je le suis tout autant aussi, comme lui. Je m'occupe de ma mère et de mon père adoptif. Je les aime, même si je ne leurs dis pas et que je ne leurs montre pas. Mais ces derniers temps, je les vois moins. Et j'en souffre. Mon père travaille d'arrache pied et ma mère pleure l’absence de mon père. Je vois bien qu'entre eux il y a des troubles, mais je ne peux rien y changer malheureusement. J'ai envie qu'il me parle plus de mon père. Qu'il me parle plus de ce qui lui est arrivé quand il a rencontré mon père. Je me moque de sa vie d'avant ou d'après, je vus juste connaître cette rencontre, ce moment, cet instant.

Mais je n'ai pas le temps de me demander si je vais lui poser cette question ou non, car un boum, suivit d'une explosion, de vitre brisée et de hurlements se fait entendre.

Encore ?

Voilà ma première pensée. Ce n'est pas anodin ! Hier du gabruge, aujourd'hui encore. Je regarde vaguement les personnes présentes et je glisse mon oreillette dans mon oreille. Je contact directement la régie.

Ici Genelic. C'est une diversion ! Ne vous occupez pas de cet étage, je m'en occupe.

Je suis persuadée qu'il se passe quelque chose de bien plus grand que juste des escarmouches de gens peu content. Non. Il y a autre chose et la population va vouloir savoir ce qu'il passe réellement. je finit par me lever tout en enlevant mon arme de son holster.

QUE TOUT LE MONDE GARDE SON CALME. ALLEZ TOUS A L'ARRIERE. DANS LE FOND DU BATIMENT. ATTRAPEZ DE QUOI DONNER LES PREMIERS SOINS.

EXECUTION !


Je n'ai pas besoin de dire qui je suis, cela se voit à mon uniforme, ma seconde peau. Je jette un coup d'oeil à Kyle qui semble indemne mais surpris. Je n'ai plus le temps de m'occuper de lui, ni de me poser des questions. Je dois juste me mettre en route et en activité. J'avance rapidement vers la devanture et j'essaye de voir si il n'y a pas de nouveau un groupe de terroriste. A priori, la bombe venait de l'école et franchement, c'est pas le bon plan les enfants ... Mais qui joue à quoi là ? Je pose ma main sur un homme qui hurle à la mort car il a des morceaux de verre en lui.

Fermez la ! Vous survivrez !

Et sans attendre, je l'attrape par le col et je le traîne jusqu'à l'arrière de la boutique. Vers à priori une personne qui sait donner les premiers secours. Je remonte de nouveau l'allée et je ramène les personnes blessées vers le fond, aider par d'autres qui ont repris leurs esprits. Je n'ai malheureusement pas le temps de savoir si c'est grave ou non. La priorité, c'est les enfants. Quoi qu'ils ne pensent.

Restez tous ici et patientez. Nous reviendrons vers vous.

J'en oublie Kyle et je m'aventure dehors en direction de l'école. Tout en me protégeant, il faut que j'évalue les dégâts. Je reste bien sur en contact avec la régie. Elle me donnera les ordres que je devrais suivre. Qu'ils soient bons ou mauvais, je les suivrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kyle Genelic

Serveur cafète niv 2 / Co-Admin Scénariste


. Nombre de messages : 466
. Doublons : Raphael McGregor; Cole Aterman, Новак Душановић
. Type de rp : Les deux

Carte d'Identité
Age: 25 ans
Localisation : Dans les couloirs du niveau 2
Relations :

MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   Ven 16 Nov - 3:28

La surprise passée, je me rends compte du vacarme. Des objets sont tombés, mais surtout, des gens crient, hurlent. certains sont blessés, d'autres seulement paniqués, et sincèrement, ça me casse les oreilles, cela ne sert à rien de crier. Je regarde Tania qui a repris tout contrôle sur elle-même et la situation, avec son "tact" habituel. Et puis je me mets en marche et je fais de même, je rapatrie les clients vers le fond de la cafète. Moi, je vais bien, je ne suis pas blessés. Il y a une pharmacie dans le bureau du personnel de la cafétéria et je vois déjà un de mes collègues arriver avec.

On se regarde, puis... heu, y'a un infirmier ou un médecin dans la salle? Ou du moins, quelqu'un qui sait donner les premiers secours?
Je vois un homme qui essaie de retirer un couteau planté dans sa main. Il a dû tomber dessus lors de l'explosion, vu le point d'impact. Mais je l'arrête aussitôt.

- Laissez le couteau où il est. Pour l'instant, ça bloque le saignement, vous allez tout rouvrir et empirer les choses si vous retirez la lame.

Puis mes collègues et moi, ainsi que certaines personnes qui savent donner les premiers soins, nous nous occupons des autres blessés. heureusement il n'y a rien de grave, les plus amochés sont ceux qui étaient près de la porte vitrée et qui se sont pris les bris de verre dans la figure. On voit des plaies, des ecchymoses, mais rien de plus, à peu près. j'ai vu pire. j'ai subi pire.

- Madame, calmez-vous, ce n'est qu'une plaie superficielle.

Un de mes collègues applique une compresse sur la tempe de la femme qui la maintient pressée contre son crâne.
je jette un œil vers Tania... elle est partie. Des gens commencent à paniquer de nouveau, comme quoi ils sont seuls, livrés à eux même, dans un lieu qui vient d'exploser...

- Wo, wo, wo... l'explosion ne vient pas d'ici. Vu l'impact, je dirais que c'était...

Mais comment est-ce que je peux savoir ça? je ne suis pas censé être bon en physique pour calculer une trajectoire, ni même avoir l'expérience des explosions pour déterminer un point zéro! Alors pourquoi est-ce que je parle comme si je savais?
Mais surtout, je réalise qu'à l'autre bout de l'aile, il y a l'école. Et qu'elle a certainement été plus touchée que la cafétéria. Je décide de ne rien dire, il y a des parents dans la salle, et si je leur balance que l'école a probablement subi pire que la cafète, ils vont se mettre à paniquer, encore une fois, et vont tous vouloir sortir récupérer leurs gosses, empêchant les secours et les gardes de faire leur boulot et véritablement aider les autres.

Je m'assieds contre un mur et je réfléchis. C'est pas logique. Premièrement, je na panique pas, je garde mon calme. Deuxièmement, j'ai l'impression d'avoir déjà vécu ça. pas une explosion de cafétéria, mais... je ne sais pas. L'état d'urgence, les bombes. Alors que je n'ai jamais été dans cette situation. N'est-ce pas?
Alors d'où viennent mes souvenirs?

Andrew attache une bande autour de la tête d'un adolescent. Je soupire. J'ai envie de faire quelque chose, de me rendre utile. Alors je me lève. Je préviens mes collègues que je vais voir au dehors ce qu'il se passe et que je reviens leur donner des nouvelles...

_________________

avatar & signo by Raph/Kyle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2   

Revenir en haut Aller en bas
 

1.06 [26/06] Calme après la tempête - part 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternalis, le défi de la science :: L'Enfer de la Science :: Niveau 2 :: Restauration :: La Cafétéria-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit